Navigation – Plan du site

AccueilNotes de lectureToutes les notes de lecture en ligne2015 Georges Didi-Huberman, Passés c...

2015

Georges Didi-Huberman, Passés cités par JLG : l’œil de l’histoire, 5

Clélia Zernik
Passés cités par JLG : l’œil de l’histoire, 5
Georges Didi-Huberman, Passés cités par JLG : l’œil de l’histoire, 5

Paris : Ed. de Minuit, 2015, 207p. ill. 22 x 14cm, (Paradoxe)

Bibliogr.

ISBN : 9782707328489. _ 20,00 €

Haut de page

Texte intégral

1Georges Didi-Huberman a une position ambiguë à l’égard de Jean-Luc Godard, position ambiguë qui pourrait être comparée à celle de Platon à l’égard de la figure d’Homère : il éprouve à la fois une admiration absolue et une pleine conscience du danger qu’il représente pour la cité -ou pour la communauté des historiens. C’est pourquoi Georges Didi-Huberman semble changer de langage au cours du texte et au fur et à mesure qu’il aborde la personnalité complexe du cinéaste-théoricien-poète-historien : tantôt évoquant son art immense, tantôt invectivant ce « cher Jean-Luc Godard », et tentant de lui faire retrouver le sens de la mesure. Godard « déroute », Godard « fascine », et parfois « fatigue ». Aussi plus qu’à son cinéma, c’est bien au personnage Jean-Luc Godard que s’intéresse Georges Didi-Huberman ; et il entreprend d’en faire le portrait à partir d’une constellation d’amitiés et d’inimitiés, de maîtres et de figures antagonistes. Cette constellation s’élabore tout d’abord dans l’usage tout à fait singulier que Jean-Luc Godard fait de la citation. Reprenant à son compte l’autorité de l’auteur et s’en libérant à la fois, il tronque, falsifie, joue et jongle de toutes sortes de manières avec la citation. L’Histoire est « citée à comparaître » dans un tribunal, où, selon Georges Didi-Huberman, l’autorité est ultimement dévolue au cinéaste qui confondant, dans les deux sens du terme, le passé, divise pour mieux l’emporter ou divise pour mieux s’effacer. Godard convoque toutes les citations pour provoquer, au risque de tout amalgamer. L’art du montage est central et se trouve être à « double tranchant ». Attentif aux contradictions sophistiques du personnage (son amalgame entre les juifs et les Palestiniens par exemple, ou sa position contradictoire à l’égard de Pier Paolo Pasolini), Georges Didi-Huberman dresse un portrait complexe d’un artiste cherchant à jouer sur tous les tableaux, sur l’autorité de l’histoire et du passé cité, sur le lyrisme poétique et visionnaire, hérité du romantisme allemand, et fait de Godard un être double par excellence, engagé et dégagé, radical et inquiet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clélia Zernik, «  Georges Didi-Huberman, Passés cités par JLG : l’œil de l’histoire, 5 », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 04 novembre 2016, consulté le 27 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/19372 ; DOI : https://doi.org/10.4000/critiquedart.19372

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search