Navigation – Plan du site
2015

Who’s afraid of picture(s) ? : le peintre et l’image, une liaison scandaleuse

Solenne Boutoille
Who’s afraid of picture(s) ? : le peintre et l’image, une liaison scandaleuse
Who’s afraid of picture(s) ? : le peintre et l’image, une liaison scandaleuse

Lyon : Fage ; Grenoble : Ecole supérieure d’art et de design Grenoble-Valence, 2015, 64p. ill. en noir et en coul. 25 x 18cm

Biogr.

ISBN : 9782849753606. _ 16,00 €

Textes de Judicaël Lavrador, Frédéric Léglise

Haut de page

Texte intégral

1Les sociétés contemporaines produisent une quantité infinie d’images, qui ne cesse de circuler. Ce flot incessant mettrait a priori à mal la peinture, médium dont on a retiré, au fil des innovations techniques et des réflexions artistiques, ses principales raisons d’être. Pourtant et aussi paradoxal que cela puisse paraître, la peinture résiste à la prolifération des images et les peintres ripostent au point d’arborer une nouvelle vivacité et d’en multiplier les formes. N’y aurait-il pas un lien tacite entre ces images et les nouvelles formes de la peinture ? C’est l’avis de Frédéric Léglise, artiste et professeur à l’école supérieure d’art et de design de Grenoble, qui en tant que commissaire de l’exposition Who’s afraid of Picture(s) : le peintre et l’image une liaison scandaleuse tente d’apporter quelques éléments de réflexion. « Comment ceux qui peignent et dessinent s’emparent-ils des images ou les défient-ils ? » (p. 5). Pour y répondre, Frédéric Léglise remonte chronologiquement à Erró, qui décide de ne plus inventer d’images et de s’approprier celles qui existent déjà, ainsi qu’à Jean-Jacques Lebel, dont la peinture intègre des images. Suit une série d’artistes sélectionnés de manière suggestive se nourrissant d’images en tous genres. Qu’il s’agisse d’images recopiées (David Lefebvre copie les conditions dans lesquelles le réel a été copié), d’images en mouvement (Simon Pasieka, Marcos Carrasquer et Duncan Wylie s’appliquent à saisir les choses en train de se faire et se défaire). Qu’il s’agisse d’un réel impalpable (les compositions abstraites de Lionel Sabatté cherchant à capter l’évanescence des choses), ou encore de la peinture elle-même qui autopsie les images au point de dévitaliser « ses sujets pour mieux les ausculter » (p. 11) (Léo Dorfner, Marc Desgrandchamps, Dravor Vrankic). Toutes ses propositions artistiques confirment à ceux qui en douteraient encore que la peinture n’est pas morte. Par une approche suggestive et personnelle, ce catalogue propose des pistes pour appréhender la relation du peintre aux images. Ces dernières ne sont plus considérées comme source, mais deviennent un instant T, une réalité. Le peintre tente de leurs échapper préférant saisir l’avant ou l’après de l’image qui circule dans les médias. Cette hypothèse est lancée en guise de dernière réponse et ouvre sur la question plus générale : jusqu’où ira la peinture ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Solenne Boutoille, « Who’s afraid of picture(s) ? : le peintre et l’image, une liaison scandaleuse », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 04 novembre 2016, consulté le 22 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/19403

Haut de page

Auteur

Solenne Boutoille

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals