Navigation – Plan du site

AccueilNotes de lectureToutes les notes de lecture en ligne2015 Lili Reynaud Dewar, My epidemic...

2015

Lili Reynaud Dewar, My epidemic (texts about my work and the work of others artists)

Anna Mermet
My epidemic (texts about my work and the work of others artists)
Lili Reynaud Dewar, My epidemic (texts about my work and the work of others artists)

Paris : Paraguay Press, 2015, 208p. 23 x 16cm, eng

ISBN : 9782918252368

Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage réunit un ensemble de textes écrits par Lili Reynaud-Dewar entre 2003 et 2015, présentés ici dans un ordre dé-chronologique. Certains de ces textes ont été publiés dans des revues (dont Petunia ou Frog), dans des catalogues ou des brochures d’exposition. D’autres n’ont, jusqu’à ce jour, pas été publiés. C’est la construction d’une écriture, d’une pensée qui se dessine ici, à l’image du travail plastique de l’artiste. La préface écrite par l’artiste Verena Dengler donne le ton sur les thématiques chères à l’artiste et critique d’art. Elle définit le travail de LRD comme relevant du concept de Gesamtkunstwerk et souligne la persistance de son œuvre à opérer des glissements entre sa vie intime et le politique. Qu’elle parle de son propre travail ou de celui d’autres artistes, il est toujours question de situer son point de vue, l’endroit d’où elle se place pour analyser une problématique ou une œuvre. Le premier texte, My Epidemic, relate sa relation à l’épidémie du VIH. En racontant son propre parcours, sa propre intimité à travers l’histoire de cette épidémie, elle interroge une vision politique et philosophique illustrée par l’affrontement entre deux figures qui ont marqué les débats sur l’épidémie en France : Guillaume Dustan et Didier Lestrade, à propos de la responsabilité des porteurs du virus et de la pratique du barebacking. En évoquant ce débat, LRD soulève la question de la possible responsabilité de l’artiste et de l’individu sur d’autres personnes, et des limites de cette notion de responsabilité. Plusieurs textes évoquent son travail vidéo qui marque une étape dans son parcours, car elle commence à utiliser son propre corps dans ses performances. Les reprises de mouvements des chorégraphies de Joséphine Baker s’inscrivent dans des espaces d’exposition modifiés par l’artiste. On trouve notamment un texte sur la répétition et l’épuisement « How long can I dance ? » (p. 99), où elle qualifie cette performance d’« itinérance mélancolique » [melancholic homlessness]. LRD fait part également à plusieurs reprises de ses questionnements quant à l’enseignement de l’art, et plus particulièrement sur les lieux où doivent s’opérer ces enseignements. Dans Vagabond (p. 57), elle mène une réflexion sur la pédagogie, analysant la délocalisation de l’enseignement artistique comme une nécessité, afin de trouver en de nouveaux territoires les lieux de l’émancipation. Cette figure du vagabond, de l’errant, et notamment quand elle est activée par une femme –l’exemple de Mona Bergeron, l’héroïne de Sans toit ni loi d’Agnès Varda revient à plusieurs reprises (p. 63, p. 126)– interroge les questions de genre, d’origine, d’identité qui sont posées de façon récurrente. En problématisant ces notions, LRD revendique « cette absence d’implantation non pas comme une condition du temps présent et globalisé, mais comme une condition de femme artiste émancipée »[this unsettlement not as a condition of the globalized present, but as a condition of the emancipated woman artist]  (p. 119).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anna Mermet, «  Lili Reynaud Dewar, My epidemic (texts about my work and the work of others artists) », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 04 novembre 2016, consulté le 29 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/19406 ; DOI : https://doi.org/10.4000/critiquedart.19406

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search