Navigation – Plan du site
2015

Document, fiction et droit en art contemporain

Emeline Belliot
Document, fiction et droit en art contemporain
Document, fiction et droit en art contemporain

Aix-en-Provence : Presses Universitaires de Provence, 2015, 359p. ill. en noir et en coul. 24 x 17cm

ISBN : 9791032000342. _ 28,00 €

Sous la dir. de Jean Arnaud, Bruno Goosse

Haut de page

Texte intégral

1La pensée qui s’élabore ici tient à la diversité des différentes contributions -juridiques, techniques, artis­tiques ou ethnographiques. L’ouvrage se propose d’interroger la démarche du plasticien, et particulièrement son authenticité supposée ou fabriquée. Il fait suite à un colloque à l’initiative de Jean Arnaud et Bruno Goosse en 2013. Michel Guérin expose en premier les enjeux d’un changement de statut du document dès lors qu’il ne certifie plus nécessairement la vérité (il rappelle par ailleurs en quoi Walter Benjamin est lié à cette remise en question, p. 22-25), mais accompagne la construction d’hypothèses combinant « la validité "logique" et la véracité éthique ». Ce texte, intitulé « Le Statut du témoignage lorsqu’"une fois n’est rien" » (p. 16-26), permet tout au long de réévaluer avec nuance les pratiques artistiques qui s’en saisissent, alors que plusieurs contributions évoquent par la suite le chevauchement entre faits réels et fiction. Ainsi, Denis Briand, reprenant l’expression de « para-fiction » énoncée par Carrie Lambert-Beatty, analyse la pratique de Wesley Meuris (« FEAK, un livre de Wesley Meuris entre critique et artifice », p. 164-175) ; ou comment en proposant par des dispositifs se jouant des lieux communs de l’architecture muséale, de la scénographie comme des espaces de conservation, l’artiste construit une réflexion sur ce qui paraît vrai, véritable, et ce qui est tout de même factice.

2Thomas Golsenne (« La Vitrine comme médium », p. 204-215) choisit quant à lui le motif de la vitrine. Cet objet peut selon lui être le support de la fiction, car il modifie la réception des œuvres, incluant le spectateur dans un jeu de rôles qui vise à reconstituer le parcours ou la nature de son contenu. Peu importe leur dimension réelle, les pratiques artistiques s’appuyant sur cet objet cherchent à interroger ce qui semble vrai et notre rapport à la vérité. D’une toute autre nature, l’intervention de Julien Cabay renseigne les processus de réappropriation, de détournement, de citation ou de parodie selon les lois qui s’y appliquent. Les aspects juridiques soulevés permettent de considérer les conditions d’existence du fait artistique selon l’espace géographique dans lequel il a été produit (notamment les possibilités d’utiliser un document préexistant conçu par autrui).

3Cet ouvrage collectif dense nécessite une lecture chronologique dont découle une démonstration globale. Pour saisir la portée de certaines interventions, il faut avoir considéré l’évolution des idées et concepts poin­tée dans des chapitres précédents. Il ne s’agit pas d’un recueil de textes critiques mais d’un travail finement articulé, s’adressant au lecteur aguerri, curieux de l’évolution d’un ensemble d’artistes contem­porains dont la pratique se définit par l’usage de document(s) ou ayant un lien avec la notion de preuve, de témoignage, de renseignement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emeline Belliot, « Document, fiction et droit en art contemporain », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 20 mai 2017, consulté le 11 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/21233

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals