Navigation – Plan du site
2016

Aude de Kerros, L’Imposture de l’art contemporain : une utopie financière

Mathilde Castel
L’Imposture de l’art contemporain : une utopie financière
Aude de Kerros, L’Imposture de l’art contemporain : une utopie financière

Paris : Eyrolles, 2016, 256p. 24 x 16cm

Bibliogr.

ISBN : 9782212563634. _ 25,00 €

Haut de page

Texte intégral

1Depuis le krach boursier de 1990, nous sommes confrontés à une étrange créature : l’art contemporain. Aude de Kerros, artiste et critique, se livre ici avec un franc-parler délicieux au décryptage de l’imposture financière de ce qu’elle abrège « l’AC ». Une citation de Jean Baudrillard illustre le ton de sa démonstration : « L’art contemporain spécule sur la culpabilité de ceux qui n’y comprennent rien ou qui n’ont pas compris qu’il n’y avait rien à comprendre » (p. 223). L’auteure se penche tout d’abord sur la définition de l’AC, qui n’est en aucun cas « la suite de l’art » (p. 18). Pour elle, au contraire, il est symptomatique d’un courant où « tout est devenu art, sauf l’art » (p. 37) et où la notion de valeur a été évincée au profit de la transgression : « Mon travail combat la nécessité d’une fonction critique de l’art et cherche à abolir le jugement afin que l’on puisse regarder le monde et l’accepter dans sa globalité » (Jeff Koons, p. 81). Sont successivement abordées les divergences du marché à New York et Paris, plus particulièrement le fait que « sur le Vieux continent, l’idée qu’il puisse exister une fabrique artificielle de la valeur était difficilement imaginable et profondément méprisable » (p. 93), tout du moins au début. Car « pourquoi s’obstiner en France à exporter de l’art intellectuel quand on a la mode, le luxe et les bons vins ? » (p. 73). Petit à petit, ce livre nous dévoile le récit de l’embourbement mondial des cultures dans un système qui a pour seule consigne d’en « finir avec les critères esthétiques ! La nouvelle règle est la "contemporanéité" qui se résume en trois mots : rupture, transgression et pertinence du concept » (p. 133). Le monde de l’art devient un gargantuesque commerce, l’histoire de l’art, une stratégie marketing, la critique d’art, le caprice des plus riches. Mais « secrètement la question se pose : quand et comment aura lieu l’effondrement d’un marché où un grand nombre de marchandises n’ont pas de valeur intrinsèque ? » (p. 112).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathilde Castel, «  Aude de Kerros, L’Imposture de l’art contemporain : une utopie financière », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 20 mai 2017, consulté le 01 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/21244

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals