Navigation – Plan du site
2015

Stefan Banz, Louis Michel Eilshemius: Peer of Poet-Panters

Marc Décimo
Louis Michel Eilshemius: Peer of Poet-Panters
Stefan Banz, Louis Michel Eilshemius: Peer of Poet-Panters

Zurich : JRP/Ringier, 2015, 768p. ill. en noir et en coul. 32 x 25cm, eng

Index

ISBN : 9783037644355

Haut de page

Texte intégral

1Louis Michel Eilshemius (1864-1941) n’est guère aujourd’hui connu que des duchampiens. C’est Marcel Duchamp qui le repère en 1917 à New York au Salon des Indépendants où, par ailleurs, R. Mutt propose Fontaine. C’est Marcel Duchamp qui, avec Katherine Dreier et le concours de la Société anonyme, l’expose en 1920. La dadadmiration de Duchamp pour nymphes, nus et sirènes à l’esthétique du douanier Rousseau ou d’Hélène Smith n’est pas froide. Il eut été bienvenu que Stefan Banz, l’auteur, rappelle du coup combien « la folie de l’insolite » fascine Marcel Duchamp, surtout quand ce sont Raymond Roussel et Jean-Pierre Brisset qui l’exercent. Voilà des auteurs « pairs » (au sens des auteurs élus par Alfred Jarry dans les Gestes et opinions du docteur Faustroll), et le titre choisi par Stefan Banz y allude : Eilshemius est déclaré un des « poètes-peintres pairs ».

2Ce livre de –4 kg– a des allures de catalogue raisonné : il présente la reproduction en couleurs de très nombreuses œuvres diverses et des documents, dont la récupération a dû susciter un travail héneaurme. C’est là son incontestable réussite. Les analyses, en revanche, laissent perplexes. Que Duchamp fut attiré par l’effet Eilshemius, cela ne fait aucun doute, qu’il y ait parfois des proximités dans les intentions et les réalisations, pourquoi pas, mais il faut le prouver, étayer de suffisamment d’indices. Est-ce vraiment parce que la maison occupée par Eilshemius n’était pas entretenue, parce que le ménage n’y est pas fait, que Marcel Duchamp a l’idée d’Elevage de poussière ? ; parce qu’il n’y avait pas là l’électricité qu’il exhibe un jour la plaque émaillée « Eau et Gaz à tous les étages » ; et ainsi de suite jusqu’à Etant donnés 1° la chute d'eau 2° le gaz d'éclairage ? N’est-ce pas forcer l’aval d’Eilshemius sur Duchamp à coups de coïncidences, de paronymies, d’analogies ? La vraie question méthodologique qui résulte de telles spéculations –elles sont fréquentes dès qu’il s’agit de Marcel Duchamp–, c’est de se demander ce qui, dans l’œuvre, suscite pareilles velléités de « solutions imaginaires ». Les œuvres sphinxiales attirent-elles les Œdipes ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Décimo, «  Stefan Banz, Louis Michel Eilshemius: Peer of Poet-Panters », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 20 mai 2017, consulté le 20 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/21262

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals