Navigation – Plan du site
2015

Eric Watier : plus c’est facile, plus c’est beau : prolégomènes à la plus belle exposition monde

Jérôme Dupeyrat
Eric Watier : plus c’est facile, plus c’est beau : prolégomènes à la plus belle exposition monde
Eric Watier : plus c’est facile, plus c’est beau : prolégomènes à la plus belle exposition monde

Rennes : Incertain Sens, 2015, non paginé, 20 x 14cm

ISBN : 9782914291712. _ 8,00 €

Haut de page

Texte intégral

1« Fixer une patère au sol pour faire Trébuchet, c’est facile. Marcel Duchamp l’a fait et tout le monde peut le refaire ». « Laisser une erreur, c’est facile. André Cadere l’a fait et tout le monde peut le refaire ». Voici le premier et le dernier des 89 énoncés réunis par l’artiste Eric Watier dans une publication intitulée Plus c’est facile, plus c’est beau : prolégomènes à la plus belle exposition du monde. Entre ces deux propositions, se répète systématiquement la description technique d’œuvres d’art contemporain, suivie de l’affirmation de la facilité à en reproduire les procédés. Ainsi, au hasard d’une double page : « Faire des figures géométriques avec des miettes de pain pour attirer et ranger les pigeons, c’est facile. Jenny Holzer l’a fait et tout le monde peut le refaire. » « Fermer un carton de seize façons différentes, c’est facile. Claude Closky l’a fait et tout le monde peut le refaire ». Bien qu’aucune explication supplémentaire n’accompagne ces énoncés, il ne fait guère de doute que la facilité —souvent source de suspicion envers l’art contemporain— fait ici l’objet d’une apologie : « Plus c’est facile, plus c’est beau », ainsi que l’indique le titre, emprunté à l’artiste lettriste et situationniste Gil J. Wolman.

2De fait, si ce livre, semblable à de nombreux autres réalisés par Eric Watier, est d’abord un projet artistique, il est aussi une chronique de l’art des dernières décennies écrite en célébrant la facilité. Contre la sacralisation de l’œuvre d’art, le talent et la virtuosité, Eric Watier considère la facilité comme une stratégie émancipatrice. Car ce qui est facile a en effet l’avantage d’être re-faisable par tous —une possibilité à laquelle Eric Watier expose le travail des artistes recensés même si ces derniers ne l’envisagent probablement pas toujours en ces termes. Et faire des choses simples pour permettre aux autres de les refaire, c’est suggérer que toute autre chose est également de l’ordre du possible.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Dupeyrat, « Eric Watier : plus c’est facile, plus c’est beau : prolégomènes à la plus belle exposition monde », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 20 mai 2017, consulté le 21 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/21311

Haut de page

Auteur

Jérôme Dupeyrat

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals