Navigation – Plan du site
2015

Michael Lucken, Nakai Masakazu : naissance de la théorie critique au Japon

Lilian Froger
Nakai Masakazu : naissance de la théorie critique au Japon
Michael Lucken, Nakai Masakazu : naissance de la théorie critique au Japon

Dijon : Les Presses du réel, 2015, 261p. ill. 24 x 18cm, (Délashiné)

Bibliogr. Chronol. Index

ISBN : 9782840668121. _ 20,00 €

Haut de page

Texte intégral

1Contrairement à ce que laisse supposer son titre, le livre Nakai Masakazu : naissance de la théorie critique au Japon dépasse les considérations strictement biographiques. Michael Lucken s’appuie sur le parcours et les écrits du philosophe et critique Nakai Masakazu (1900-1952), mais il lui sert de figure exemplaire destinée à esquisser les contours de ce qu’est la pensée japonaise entre les années 1910 et 1950. L’objectif de cet ouvrage très référencé est également de démontrer que l’opposition couramment entretenue entre un Japon (intrinsèquement traditionnel) et l’Occident (résolument moderne) ne tient pas, qu’il s’agit là d’un « malentendu » (p. 9). En étudiant les textes de Nakai Masakazu, mais aussi le travail des philosophes de ce qu’on appelé l’Ecole de Kyôto (Nishida Kitarô, Watsuji Tetsurô, Kuki Shûzô, Miki Kiyoshi, Tosaka Jun), il établit les chemins, les passages qui s’opèrent entre la philosophie occidentale et de nombreux penseurs japonais, s’efforçant de restituer la complexité de ces échanges. On s’aperçoit que même si l’Ecole de Kyôto théorise certaines idées visant à redéfinir l’identité nationale –notamment autour des questions de spatialité et du concept de ma, l’intervalle–, « ce mouvement témoigne aussi d’un rapprochement sans précédent avec la philosophie occidentale, que ce soit au niveau de ses sources, de ses méthodes et de ses fins » (p. 39). L’ouvrage revient également sur la proximité intellectuelle entre l’école de Francfort et celle de Kyôto, à travers notamment les liens concrets qui ont existé entre les philosophes allemands et la revue Sekai bunka (février 1935-octobre 1937), dont Nakai Masakazu était le directeur. La dimension politique de sa pensée est extrêmement présente, lui qui a vécu la montée du militarisme (il est emprisonné de 1937 à 1939) puis la bombe à Hiroshima (il était alors en poste dans la région). Son engagement est aussi sensible sur le plan artistique, puisqu’il fédère théoriciens et artistes d’avant-garde, tels que les peintres Suda Kunitarô et Kitawaki Noboru, dans la région du Kansai (autour de Kyôto et Ôsaka) où il réside. Tous ces éléments sur Nakai Masakazu et la pensée japonaise de la première moitié du XXe siècle invitent à repenser la modernité, hors du schéma exotique qui verrait le Japon comme isolé dans ses traditions, tout comme est contredite l’idée inverse selon laquelle le Japon n’aurait fait que copier la modernité occidentale. Compte tenu de la portée des écrits de Nakai Masakazu sur l’art et la pensée japonais, cet ouvrage s’avère essentiel pour comprendre non seulement ce qui se joue sur le plan intellectuel dans les années 1910 à 1950, mais aussi pour mieux appréhender les mouvements contestataires japonais des années 1960 tant ils se sont nourris de ses enseignements.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lilian Froger, «  Michael Lucken, Nakai Masakazu : naissance de la théorie critique au Japon », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 20 mai 2017, consulté le 20 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/21323

Haut de page

Auteur

Lilian Froger

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals