Navigation – Plan du site

AccueilNotes de lectureToutes les notes de lecture en ligne2015 Valérie Da Costa, Pino Pascali ...

2015

Valérie Da Costa, Pino Pascali : retour à la Méditerranée

Véronique Goudinoux
Pino Pascali : retour à la Méditerranée
Valérie Da Costa, Pino Pascali : retour à la Méditerranée

Dijon : Les Presses du réel ; Paris : Centre national des arts plastiques, 2015, 300p. ill. en noir et en coul. 27 x 20cm, (Monographies)

Bibliogr. Expo. Index

ISBN : 9782840667803. _ 34,00 €

Haut de page

Texte intégral

1Première monographie française sur Pino Pascali, le livre de Valérie Da Costa est issu d’une remarquable enquête sur archives, en particulier auprès de la Fondazione-Museo Pino Pascali (Polignano à Mare) et permet par-là de prendre connaissance de manière approfondie du travail de cet artiste italien finalement assez peu connu hors de la péninsule. Correspondances, traductions, photographies, dessins et textes inédits de Pino Pascali font comprendre à la fois la manière dont ses conceptions de la sculpture se transforment, ainsi que son goût persistant et profond pour ce que Valérie Da Costa appelle « une certaine technicité artisanale, un savoir-faire qu’il revendique ».

  • 1  Fabiani, Jean-Louis. « Le riche territoire de l’Arte Povera », in Sociologie et sociétés, Vol. 34, (...)

2Par ailleurs, le livre permet de saisir qu’il y a dans le travail de Pino Pascali une sorte de double mouvement entre ce que nous pourrions aujourd’hui appeler le global et le local. Au début des années 2000, Jean-Louis Fabiani a montré comment l’Arte Povera comme le cinéma italien des années 1960 avait engagé un véritable mouvement de « déprovincialisation » autorisant ces artistes à rejoindre la scène artistique internationale tout en faisant preuve d’un intérêt remarquable pour des formes d’expression périphériques, par exemple pour la question des langues alors dites mineures (c’est le cas de Pino Pascali et de Pier Paolo Pasolini), ou pour celle de la culture paysanne de l’Italie méridionale1. Ce double mouvement, particulièrement bien éclairé par les enquêtes de Valérie Da Costa, est l’un des éléments parmi les plus intéressants du livre. Enfin, l’ouvrage invite à ouvrir une réflexion sur ce monde d’artistes majoritairement masculin (les hommes y créent, les femmes exposent, commentent ou conservent). Un monde dans lequel ces mêmes hommes s’affirment par des gestes viriles (voir la photographie de Pino Pascali assis sur l’un de ses « canons ») et par des lieux de production masculins : ici l’atelier du bricoleur et ses outils soigneusement rangés, tout en s’appropriant des gestes souvent associés au féminin, comme celui de Pascali tissant des pièces en laine d’acier, matériau difficile par excellence –par exemple Natte ou Toile de Pénélope. Double mouvement entre global et local ; oscillation entre affirmation d’une virilité et gestes traditionnellement féminins, le livre de Valérie Da Costa nous propose de réexaminer le travail de Pino Pascali à l’aune de nos préoccupations contemporaines, et en cela retient notre attention.

Haut de page

Notes

1  Fabiani, Jean-Louis. « Le riche territoire de l’Arte Povera », in Sociologie et sociétés, Vol. 34, n°2, automne 2002, p. 79-93. http://id.erudit.org/iderudit/008132ar

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Véronique Goudinoux, «  Valérie Da Costa, Pino Pascali : retour à la Méditerranée », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 20 mai 2017, consulté le 02 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/21329

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search