Navigation – Plan du site

AccueilNotes de lectureToutes les notes de lecture en ligne2015 Georges Didi-Huberman, Ninfa fl...

2015

Georges Didi-Huberman, Ninfa fluida : essai sur le drapé-désir

Antonio Guzmán
Ninfa fluida : essai sur le drapé-désir
Georges Didi-Huberman, Ninfa fluida : essai sur le drapé-désir

Paris : Gallimard, 2015, 211p. ill. en noir et en coul. 23 x 16cm, (Art et artistes)

Bibliogr. Index

ISBN : 9782070107568. _ 23,50 €

Haut de page

Texte intégral

1Les ressources, les recherches, les références et l’appareil critique de Georges Didi-Huberman sont toujours impressionnants, une cinquantaine d’ouvrages sur l’histoire et la théorie des images après sa première publication en 1982 (Invention de l’hystérie, dont la 6e édition, revue, corrigée et enrichie est parue chez Macula en 2014). Poursuivant sa relecture des travaux d'Aby Warburg, notamment de sa thèse doctorale (Sandro Botticellis "Geburt der Venus" und "Früling", Hambourg-Leipzig, 1893), le présent ouvrage est le deuxième de l’auteur sur Ninfa, la figure warburgienne de la jeune femme « au pas léger et à la draperie ventée et enlevée », déjà abordée dans Ninfa moderna : essai sur le drapé tombé. De fait, des pages de cet ouvrage, initialement destinées à la publication de 2002, reprennent le fil interrompu il y a plus de douze ans. Tel un « fil repris », publiées séparément aujourd’hui, elles seraient « un épisode à venir de ce feuilleton ouvert sur la figure de Ninfa ». Cela, dans le sillage de  L’Image survivante : histoire de l’art et temps des fantômes selon Aby Warburg, essai de 2002 également.

2Didi-Huberman opère ici une double relecture, celle du texte, des fiches, des notes et des brouillons de la thèse de Warburg et celle de deux tableaux, Le Printemps et La Naissance de Vénus de Botticelli. Dans un cas, la démarche est éminemment philologique, voire littéraire ; dans l'autre elle est hautement iconologique. Sur les pas de Warburg, l’auteur remonte aux « sources » et aux « surdéterminations » poétiques et philosophiques antiques (Homère, Lucrèce, Ovide, Pline l’Ancien, Horace) et iconographiques (Donatello, Lippi, Ghiberti, Ghirlandaio) du motif et de la figure de la nymphe drapée au Quattrocento. S’ensuivent des chapitres sur l’« accessoire en mouvement », la « brise imaginaire », l’« érotique » et la « dramaturgie des souffles »; un post-scriptum clôt l’ouvrage et traite du « ressac » de ces thèmes dans la création contemporaine.

3Si, du champ de la Renaissance à celui de l’art contemporain, l’érudition de Georges Didi-Huberman force le respect, ce n’est pas qu’elle soit imparable ou qu’elle impose l’adhésion sans réserves. On regretterait entre autres que la texturalité du drapé, comme matériau ou comme métaphore, entre le physique et le psychique, ne soit pas davantage considérée lorsque la « dynamique des fluides » est tant mise en avant, et déjà traitée ailleurs par l’auteur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antonio Guzmán, «  Georges Didi-Huberman, Ninfa fluida : essai sur le drapé-désir », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 20 mai 2017, consulté le 26 février 2021. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/21330

Haut de page

Auteur

Antonio Guzmán

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search