Navigation – Plan du site

AccueilNotes de lectureToutes les notes de lecture en ligne2015 Georges Didi-Huberman, Sortir d...

2015

Georges Didi-Huberman, Sortir du noir

Vanessa Morisset
Sortir du noir
Georges Didi-Huberman, Sortir du noir

Paris : Ed. de Minuit, 2015, 54p. ill. 18 x 12cm

ISBN : 9782707329462. _ 6,00 €

Haut de page

Texte intégral

1Dans ce court essai sous forme de lettre adressée à László Nemes, auteur du film Le Fils de Saul, Georges Didi-Huberman revient sur une réflexion développée suite à l’exposition en 2001 de quatre photographies prises clandestinement en 1944 par un prisonnier dans le camp d’Auschwitz. Sa contribution au catalogue, Mémoire des camps : photographies des camps de concentration et d'extermination nazis, 1933-1999, où il soutenait la représentativité de ces images, avait soulevé une polémique. Le film de László Nemes lui offre l’occasion d’argumenter de nouveau en faveur de la nécessité de voir ces photographies.

2D’un point de vue plus léger, ce texte est aussi riche d’enseignements sur la manière dont une théorie peut rentrer en contact avec une œuvre. Grâce au genre littéraire qu’est la lettre, des incursions subjectives se glissent entre des fragments théoriques, donnant parfois lieu à de belles formulations. Ainsi l’auteur résume-t-il le travail du réalisateur : « vous avez […] documenté votre cauchemar » (p. 11). Quelques photogrammes du film, en noir et blanc, ponctuent l’ouvrage, mêlés aux fameuses quatre photos de 1944 qui d’ailleurs prolongent l’interprétation écrite du film plutôt qu’elles ne complètent l’iconographie.

3Mais c’est là une des limites du dialogue entre ce texte et le film : il développe des détails non réellement thématisés par László Nemes. Les photographies prises clandestinement ne sont en effet que rapidement évoquées à travers une scène sans relief. En outre, la lettre insiste sur l’usage de la couleur, le rouge de la croix dans le dos du protagoniste —marque de son appartenance à l’effroyable Sonderkommando, le vert du feuillage de la forêt… qui constituent pour l’historien de l’art une alternative au noir prôné par Theodor W. Adorno pour répondre à la shoah. Pour Georges Didi-Huberman, au contraire, la couleur, même utilisée pour exprimer l’horreur, est un début de revanche. Rien n’est moins sûr que le film prenne réellement ce parti. Mais, après tout, peu importe, s’il a contribué à faire naître cette idée magnifique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vanessa Morisset, «  Georges Didi-Huberman, Sortir du noir », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 20 mai 2017, consulté le 12 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/21353

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search