Navigation – Plan du site
2015

Verena Berger, Hanne Darboven: Boundless

Julie Sissia
Hanne Darboven: Boundless
Verena Berger, Hanne Darboven: Boundless

Ostfildern : Hatje Cantz, 2015, 260p. ill. en noir et en coul. 22 x 19cm, eng

Bibliogr. Biogr. Index

ISBN : 9783775740197

Haut de page

Texte intégral

1Verena Berger livre dans Boundless –paru également en allemand sous le titre Unbändig– le résultat d’une enquête sur Hanne Darboven (1941-2009). L’ouvrage retrace le parcours d’une artiste allemande qui a su s’imposer comme l’une des figures majeures de l’Art conceptuel et minimal dès les années 1960, aux Etats-Unis comme en Europe. Les nombreux entretiens sont rassemblés autour des moments clés de la vie de l’artiste, qui forment les chapitres du livre. Chaque volet est introduit par un récit biographique qui commence dès l’enfance de l’artiste dans une riche famille de commerçants de la région de Hambourg et se termine au moment des grandes expositions des années 1980. Verena Berger a rencontré de nombreux artistes : le professeur à l’école des Beaux-arts de Hambourg, Almir Mavignier, mais aussi l’ancien amant et soutien indéfectible à New York Sol LeWitt, ainsi que l’ami Lawrence Weiner, ou encore Carl Andre et Joseph Kosuth. Elle a interviewé des commissaires d’expositions, des collectionneurs, ou encore l’ancien camarade de classe Rainer Langhans, mieux connu pour son rôle dans la contestation estudiantine allemande. Chaque entretien est introduit par quelques lignes qui posent le décor et décrivent l’atmosphère de la rencontre. Boundless se joue du genre monographique : Verena Berger ne se positionne ni tout à fait comme témoin –elle n’a pas connu l’artiste–, ni tout à fait comme historienne –pas de recherche de preuve, pas d’appareil critique–, ni comme biographe –le récit demeure inachevé et évite avec pudeur les dernières années d’Hanne Darboven atteinte par la maladie. L’ouvrage se lit comme un roman, car le caractère polyphonique et fragmentaire des entretiens et le style plus fluide des essais biographiques se complètent pour maintenir le rythme et la continuité de la lecture. En guise de dernier chapitre, l’auteur a retenu une série de photographies de la maison familiale devenue atelier et refuge d’Hanne Darboven. Loin de toute hagiographie, Boundless dresse le portrait pluriel et nuancé d’une grande solitaire, mais aussi d’une artiste radicale et obstinée qui a su s’approprier le monde de l’art.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julie Sissia, «  Verena Berger, Hanne Darboven: Boundless », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 20 mai 2017, consulté le 07 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/21436

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals