Navigation – Plan du site

AccueilNotes de lectureToutes les notes de lecture en ligne2015Dust : histoires de poussière. D’...

2015

Dust : histoires de poussière. D’après Man Ray et Marcel Duchamp

Nathalie Boulouch
Dust : histoires de poussière. D’après Man Ray et Marcel Duchamp
Dust : histoires de poussière. D’après Man Ray et Marcel Duchamp

Paris : Le Bal ; Londres : Mack, 2015, 2 vol. 160p. 71p. ill. en noir et en coul. 25 x 21cm, fre/eng

ISBN : 97819010164488. _ 35,00 €

Texte de David Campany

Haut de page

Texte intégral

1Au tout début des années 1920, Man Ray se rend dans l’atelier new-yorkais de Marcel Duchamp et y découvre le Grand verre (1915-1923) recouvert de poussière et de bourre de coton que Duchamp a volontairement laissés s’accumuler. Il en fait une photographie qui sera publiée pour la première fois en 1922 dans la revue d’avant-garde Littérature sous le titre Vue prise en aéroplane, 1921. On connaît la fortune critique de cette image sous un autre nom qui lui sera associé ultérieurement : Elevage de poussière. C’est cette photographie improbable et séminale pour l’histoire de l’art et de la photographie du XXesiècle dont s’empare David Campany pour proposer une exposition remarquable présentée au Bal du 16 octobre 2015 au 17 janvier 2016 et l’accompagner d’un essai. Les deux versants de ce projet restent perceptibles dans le parti-pris éditorial porté par l’originalité de la publication coéditée par les éditions Mack Book et Le Bal. Catalogue d’images qui gravitent en orbite de la photographie de Man Ray, il accueille en insert –encastré comme un livre dans le livre– un texte qui déploie autant de fils de réflexions théoriques qu’Elevage de poussière comporte de couches accumulées. Au centre de la pelote, se trouve la question que le statut incertain de cette image fascinante illustre : la photographie est-elle un document ou une œuvre ? Avec une stimulante intelligence d’analyse spéculative, David Campany part de l’image scellée par l’acte complice d’enregistrement de Man Ray et Duchamp pour en faire une sorte de clé de lecture des rapports tissés au-delà d’elle. Dans l’entre-deux guerres, cette image circule dans les milieux surréalistes qu’elle séduit par son caractère ambigu. Dans les années 1960-1970, les artistes conceptuels la prennent comme référence dans leurs réflexions sur les questions de significations et de processus et elle apparaît dans l’exposition Information (MoMA, New York, 1970). Elle sert aussi de pivot, en 1977, à la théorie de l’index de Rosalind Krauss, avant que Sophie Ristelhueber ne la cite comme référence pour son travail Fait dans le désert du Koweït en 1991. Traces de traces ces images réinscrivent l’Elevage de poussière dans le filet des significations où se croisentfonction documentaire de la photographie, rapport à la réalité, à l’abstraction, à l’art,  mais aussi au politique. Le texte de David Campany se referme sur ce tissage complexe de tous les linéaments tirés d’une énigmatique image de poussière qui sédimente l’écriture d’une histoire de l’art du XXe siècle, avec persistance.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Boulouch, « Dust : histoires de poussière. D’après Man Ray et Marcel Duchamp », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 20 mai 2017, consulté le 19 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/21465

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search