Navigation – Plan du site
2015

Tristan Tzara, l’homme approximatif

Jacques Leenhardt
Tristan Tzara, l’homme approximatif
Tristan Tzara, l’homme approximatif

Strasbourg : Musées de la Ville de Strasbourg, 2015, 356p. ill. en noir et en coul. 24 x 19cm

Bibliogr. Index

ISBN : 9782351251362. _ 35,00 €

Préf. d’Estelle Pietrzyk, Joëlle Pijaudier-Cabot. Introd. de Serge Fauchereau

Haut de page

Texte intégral

1Derrière le titre qui renvoie au recueil éponyme de poèmes que Tristan Tzara écrivit entre 1925 et 1930, l’exposition et les trois parties du catalogue richement illustré donnent pour la première fois une vision ample et diverse des activités du poète. D’origine roumaine, et né sous le nom de Samuel Rosenstock, Tristan Tzara (1895-1963) est bien connu comme l’un des fondateur du groupe Dada, en compagnie de Richard Huelsenbeck, Jean Arp, Hugo Ball, Marcel Janco et Hans Richter, et comme l’agitateur exemplaire du mouvement surgi dans l’atmosphère survoltée du Cabaret Voltaire, à Zürich en 1915.

2Il est en revanche moins connu pour le travail qu’il mène, comme poète mais aussi comme critique d’art, aux côtés des artistes du XXe siècle. Cette activité le place au centre du dispositif complexe que constituent au cœur du monde de l’art, les revues et les livres illustrés, des lendemains de la Grande guerre aux années 1960. Les poètes collaborent avec les artistes, autant parce qu’ils se sentent engagés dans un combat commun (Dada, Surréalisme) que pour la raison plus prosaïque que seuls les tirages de tête avec une œuvre originale permettent à l’éditeur de rentabiliser la publication des poètes. L’ouvrage éclaire bien cet aspect de la vie artistique comme il détaille l’engagement du poète en faveur des cultures extra-européennes. Dès l’époque dada, Tzara tente de relier les arts africains et océaniens à ce qu’il appelle « la vie mentale […] de l’homme contemporain » pour y trouver « les sources exaltantes de la fonction poétique » (p. 234). Le catalogue montre qu’il collectionna, monta des expositions, écrivit, participera au film d’Alain Resnais et Chris Marker : Les Statues meurent aussi (1953), et finalement s’engagea politiquement, malgré son appartenance au Parti communiste qui y était opposé, en signant la Déclaration sur le droit à l’insoumission, dite Manifeste des 121.

3Cet ensemble très abondant de documents et d’analyses brosse un portrait varié des activités de Tzara, de ses commencements avec l’avant-garde roumaine jusqu’à sa participation, durant un demi-siècle, aux divers mouvements poétiques parisiens.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Leenhardt, « Tristan Tzara, l’homme approximatif », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 20 mai 2017, consulté le 24 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/21513

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals