Navigation – Plan du site

AccueilNotes de lectureToutes les notes de lecture en ligne2016 Douglas Crimp, Pictures : s’app...

2016

Douglas Crimp, Pictures : s’approprier la photographie, New York, 1979-2014

François Aubart
Pictures : s’approprier la photographie, New York, 1979-2014
Douglas Crimp, Pictures : s’approprier la photographie, New York, 1979-2014

Cherbourg-Octeville : Le Point du Jour, 2016, 213p. ill. 22 x 16cm

ISBN : 9782912132727. _ 24,00 €

Ed. établie par Gaëtan Thomas. Trad. de Nicolas Paul, G. Thomas

Haut de page

Texte intégral

1Pictures : S’approprier la photographie, New York, 1979-2014 donne enfin accès à des textes jalons pour l’histoire de l’art américain de la fin du XXe siècle tout en rendant compte des débats théoriques qui ont parcouru cette période. Ce travail de traduction et d’annotation est accompagné d’une introduction complète et précise qui présente les positions prises par Douglas Crimp dans son époque. Proche de Rosalind Krauss, il participe à la première décennie de l’aventure de la revue October. Le choix des textes parus dans cette revue rend compte des outils critiques qui s’y construisent : sous l’influence des penseurs structuralistes et poststructuralistes, October, à la fin des années 1970, est un des laboratoires où s’invente une lecture postmoderniste de l’art. Remettant en cause la notion d’originalité du geste créateur, les travaux de Roland Barthes et de Michel Foucault y sont exploités autant pour considérer une position de l’artiste s’exprimant par copie que pour envisager un sens de l’œuvre jamais définitif. Ces conceptions sont cruciales pour la lecture que fait Douglas Crimp des travaux d’artistes qu’il réunit dans l’exposition Pictures et éclaire dans un texte du même nom. Les artistes en question – Troy Brauntuch, Jack Goldstein, Sherrie Levine, Robert Longo, Cindy Sherman et Philip Smith, ainsi que plusieurs autres – seront dans les années 2000 regroupés sous le terme de « Pictures Generation ». Mais au-delà de la présence d’esprit et de l’innovation critique dont Douglas Crimp fait alors preuve, son texte ouvre aussi la voie à une construction intellectuelle dont le présent ouvrage témoigne au fil de plusieurs textes. Pour le dire en quelques mots, la portée critique de la reproduction est dès lors envisagée comme outil de subversion du bastion moderniste. C’est le musée, son organisation par médium et son réflexe de mettre en valeur une création originale que les artistes remettent en cause en explorant de nombreuses technologies et en s’exprimant par la copie.

2Lorsqu’au milieu des années 1980 survient la crise du SIDA, Douglas Crimp est un des membres de l’association Act Up créée pour la reconnaissance des droits des malades. Il publie alors un numéro spécial de la revue October avant de la quitter, réalisant que certaines questions et enjeux n’y trouvent pas leur place. Il prend alors ses distances avec une forme de critique qui devient de plus en plus rigide. C’est surtout pour lui l’occasion de mettre en crise l’outillage critique autant que la façon de l’écrire. En effet, la nécessité de ne plus s’exprimer comme une entité pensante, neutre et asexuée porteuse d’un discours scientifique distant, mais comme un individu revendiquant sa propre place, pousse Douglas Crimp à écrire à la première personne, à parler de lui et du monde dans lequel il vit. Depuis cette période, il mêle souvenirs et expériences personnelles à sa lecture des œuvres. Cette approche, plus sensible et moins autoritaire, le conduit aussi, avec une honnêteté exemplaire, à réviser ses propres points de vue et à considérer non plus uniquement les structures qui donnent un sens aux images mais aussi leurs contenus. A la même période, la question du pouvoir aux mains de ceux qui fabriquent les représentations de tel ou tel groupe de personnes et celle de la manipulation d’images préexistantes trouvent chez certains artistes une application plus ouvertement ancrée dans des objectifs politiques. En cela, cet ouvrage propose une exploration de cette pensée de l’art se focalisant sur la représentation, sur l’asservissement qu’elle produit sur ses objets et sur les possibilités de manipuler leur pouvoir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Aubart, «  Douglas Crimp, Pictures : s’approprier la photographie, New York, 1979-2014 », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 20 novembre 2017, consulté le 02 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/23117

Haut de page

Auteur

François Aubart

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search