Navigation – Plan du site
2016

Ulises Carrión: Dear reader. Don’t read

Juliane Debeusscher
Ulises Carrión: Dear reader. Don’t read
Ulises Carrión: Dear reader. Don’t read

Madrid : Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofia, 2016, 267p. + 1 CD, ill. 27 x 20cm, eng

Bibliogr.

ISBN : 9788480265393

Sous la dir. de Guy Schraenen. Textes de Maike Aden, Felipe Ehrenberg, João Fernandes, Javier Maderuelo, Jan Voss, Heriberto Yépez

Haut de page

Texte intégral

1Ulises Carrión (1941-1989), écrivain, artiste visuel, libraire, éditeur, performer, organisateur d’expositions et actif networker, est sans nul doute l’une des plus fascinantes figures de l’histoire des pratiques et des échanges artistiques de la seconde moitié du vingtième siècle. Mentionnons pour commencer la situation paradoxale de ses archives, qu’Ulises Carrión lui-même se refusa à congeler en un corpus et en un lieu unique. Elles auraient alors été trop aisément exploitables sous des formes exposées et éditoriales, ce qu’il s’est précisément attaché à contourner et à subvertir de son vivant. Une partie de cette collection disséminée est conservée dans les archives Lafuente à Santander (Espagne) ; elle a alimenté l’exposition consacrée à Ulises Carrión par le Musée Reina Sofía de Madrid, dont Guy Schraenen était le commissaire. Le catalogue fait la part belle à la documentation d’une œuvre foisonnante et multidirectionnelle, ordonnée en catégories : fiction, œuvres-livres (bookworks), œuvres basées sur le langage et sa structure, archives de sa librairie Other Books and So ouverte à Amsterdam entre 1975 et 1979, expositions, projets éditoriaux, art postal, etc. Entre témoignages individuels (Felipe Ehrenberg, Jan Voss), récits éclectiques dans l’esprit des revues chères à l’artiste (Guy Schraenen) et lectures analytiques, les différentes contributions dressent un portrait composite de ce créateur et médiateur prolixe. Parmi les thèmes abordés, son attrait pour l’analyse et la décomposition des systèmes et structures (João Fernandez), ses liens avec son pays d’origine, le Mexique, évoqués comme une discontinuité constitutive de ses pratiques culturelles (Heriberto Yépez), sa relation ambiguë avec l’idée d’archive (Javier Maderuelo) ou encore son héritage posthume passé au crible des pratiques culturelles contemporaines (Maike Aden). Le catalogue n’inclut pas d’écrits d’Ulises Carrión, parti-pris certainement dicté par la volonté d’offrir une vision davantage contextuelle et historique sur ses réalisations, outre le fait qu’ils ont récemment fait l’objet d’un travail de compilation en espagnol (aux éditions Tumbona). Peut-être, précisément, pour des raisons avant tout linguistiques, la figure d’Ulises Carrión est encore largement méconnue en France. Espérons qu’une traduction en français de ses écrits ne se fera pas trop attendre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Juliane Debeusscher, « Ulises Carrión: Dear reader. Don’t read », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 20 novembre 2017, consulté le 09 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/23160

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals