Navigation – Plan du site

AccueilNotes de lectureToutes les notes de lecture en ligne2016 Bernie Krause, Chansons animale...

2016

Bernie Krause, Chansons animales et cacophonie humaine : manifeste pour la sauvegarde des paysages sonores naturels

Estelle Zhong Mengual
Chansons animales et cacophonie humaine : manifeste pour la sauvegarde des paysages sonores naturels
Bernie Krause, Chansons animales et cacophonie humaine : manifeste pour la sauvegarde des paysages sonores naturels

Arles : Actes Sud ; Paris : Fondation Cartier pour l’art contemporain, 2016, 108p. ill. 25 x 14cm

Index

ISBN : 9782330063269. _ 16,00 €

Trad. d’Amanda Prat-Giral

Haut de page

Texte intégral

1Parler fort sur un sentier de forêt : voici une habitude humaine qui révèle une cécité quant au fait que la nature n’est que le nom donné aux habitats des autres, les animaux. Et si ces derniers habitent les rivières et les clairières, ils habitent aussi l’espace sonore de ces lieux. C’est ce que nous fait découvrir le bioacousticien Bernie Krause dans ce livre. Depuis près d’un demi-siècle, il collecte et analyse les sons du monde vivant. Une partie de ses enregistrements est présentée sous forme d’installation sonore et visuelle à la Fondation Cartier pour l’art contemporain (2 juillet 2016-8 janvier 2017). Bernie Krause envisage son travail comme une contribution à l’une écologie des paysages sonores. Se distinguant de la bioacoustique qui répertorie les voix animales sorties de leur contexte, l’auteur considère la biophonie comme l’organisation sonore des espèces au sein d’un territoire. Le concept central de son travail est celui de niche : dans un milieu donné, chaque espèce a évolué de telle manière à vocaliser, au sein du spectre acoustique, sur une largeur de bande distincte des autres espèces. Chacune d’elles a sa propre niche acoustique, de façon à pouvoir échanger entre individus des significations, sans « que leur voix ne soit enterrée sous d’autres signaux » (p. 30). L’étude des paysages sonores naturels fait ainsi apparaître un type de relations complexes et insoupçonnées entre les espèces, tant les relations bioacoustiques sont difficilement perceptibles. Ces relations incluent aussi les humains, comme le souligne Bernie Krause, très inquiet de l’impact de l’anthrophonie et des activités humaines sur le monde vivant. Car l’aspect le plus marquant de son travail est sans aucun doute ses enregistrements avant/après : avant l’exploitation industrielle d’un lieu, puis après. Ainsi, à Lincoln Meadow (USA), une société forestière a convaincu les habitants d’accepter une exploitation forestière sélective en 1988, affirmant l’absence d’impact environnemental. La comparaison entre l’échantillon acoustique de 1988 et celui de 1989 sidère. Si « à l’œil humain, […] le paysage paraît inchangé et semble corroborer l’affirmation de la société forestière », l’étude des deux spectogrammes révèle l’invisible : la biophonie s’est tue. Documenter les sons du monde vivant aujourd’hui, c’est inévitablement documenter leur disparition, dans ce qu’elle a de non-spectaculaire, et c’est ici que le travail de Bernie Krause acquiert sa dimension de manifeste. C’est rendre audible – et visible par le biais de ces spectogrammes mis en scène par UVA à la Fondation Cartier – la mort discrète des espèces, la destruction feutrée des habitats, à nos oreilles qui ne savent pas entendre le silence, à nos yeux qui ne savent pas voir l’absence. Par le biais de ce livre, et de l’installation exposée à Paris, Bernie Krause nous fait accéder simultanément aux deux invisibles constitutifs de l’expérience de la nature aujourd’hui : sa fascinante complexité et sa rampante disparition. Tous deux sont susceptibles d’éveiller une sensibilité aiguë à la manière dont nous souhaitons vivre et partager la Terre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Estelle Zhong Mengual, «  Bernie Krause, Chansons animales et cacophonie humaine : manifeste pour la sauvegarde des paysages sonores naturels », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 20 novembre 2017, consulté le 02 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/23240

Haut de page

Auteur

Estelle Zhong Mengual

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EN

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search