Navigation – Plan du site
2015

Jean Narboni, La Nuit sera noire et blanche : Barthes, La Chambre claire, le cinéma

Philippe Bettinelli
La Nuit sera noire et blanche : Barthes, La Chambre claire, le cinéma
Jean Narboni, La Nuit sera noire et blanche : Barthes, La Chambre claire, le cinéma

Paris : Les Prairies ordinaires ; Nantes : Capricci, 2015, 157p. ill. 22 x 15cm

ISBN : 9782350961156. _ 17,00 €

Haut de page

Texte intégral

1Comme son sous-titre l’indique « Barthes, La Chambre claire, le cinéma », cet ouvrage s’organise autour de deux questions largement co-dépendantes : la genèse de La Chambre claire, retracée finement du point de vue privilégié de l’éditeur – Jean Narboni ayant été un acteur de premier plan dans l’élaboration de ce livre, ainsi que dans le développement de la politique éditoriale des Cahiers du cinéma – et le rapport, parfois difficile et contradictoire, de Roland Barthes à l’art cinématographique. Si La Chambre claire s’est rapidement imposé comme un ouvrage majeur sur la photographie, il est cependant bien réalisé sur l’invitation des Cahiers du cinéma et porte, dans ce contexte, le paradoxe d’affirmer dès son ouverture un amour de « la Photo contre le cinéma ». C’est l’une des qualités de l’ouvrage de Jean Narboni que d’affronter précisément cette question, en revenant sur plusieurs moments décisifs de la relation de Roland Barthes à l’art cinématographique, ainsi qu’en analysant l’absence surprenante, dans un essai cherchant l’essence de la photographie, des recherches ontologiques déterminantes d’André Bazin sur la question. Dans son analyse de la fabrique éditoriale de La Chambre claire, le cinéma ne se manifeste plus qu’en filigrane, par le biais du montage du livre même : Jean Narboni montre ainsi un ouvrage en mouvement, animé par les modifications apportées par Roland Barthes à son corpus illustratif, par les jeux de substitutions textuelles et iconographiques qui marquent son élaboration. Le statut de témoin privilégié de Jean Narboni fait tout l’attrait de ces réflexions : il lui permet, sur un texte pourtant abondamment commenté, de développer un propos neuf, riche et utile. Si certains s’agaceront peut-être de la proximité de l’auteur avec son objet d’étude – le texte, mais également la personne même de Roland Barthes – celui-ci dépasse, par un texte nuancé, les tentations anecdotiques ou hagiographiques que l’amitié ou la nostalgie pourraient dicter.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Bettinelli, «  Jean Narboni, La Nuit sera noire et blanche : Barthes, La Chambre claire, le cinéma », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 20 mai 2017, consulté le 14 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/23425

Haut de page

Auteur

Philippe Bettinelli

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

EN

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals