Navigation – Plan du site
2016

Simon Hantaï

Jérôme Duwa
Simon Hantaï
Simon Hantaï

Londres : Timothy Taylor, 2016, 89p. ill. en noir et en coul. 33 x 25cm, eng

ISBN : 9780992930950

Préf. de Tania Doropoulos. Textes de Jason Farago, Anna Lovatt

Haut de page

Texte intégral

1La galerie londonienne Timothy Taylor est à l’origine de ce catalogue publié à l’occasion d’une présentation d’œuvres de l’artiste français d’origine hongroise, entre le 22 janvier et le 5 mars 2016. Une seule des quinze pièces monumentales accrochées avait déjà fait l’objet d’une exposition durant la vie de Simon Hantaï (1922-2008). Depuis la grande rétrospective du Centre Pompidou de 2013, cette présentation monographique constitue certainement l’une des plus importantes de l’œuvre de l’artiste avec un choix de tableaux réalisés entre 1958 et 1980 : on peut juger de la qualité de l’accrochage grâce au large format de cette publication somptueuse donnant à voir, en plus d’une reproduction de chaque œuvre, des vues des tableaux mis en situation dans les nouveaux locaux de la galerie établie, depuis 2007, Place Carlos dans le quartier de May Fair. Les deux études qui ouvrent le catalogue, intitulées respectivement « The Virtues of Restreint » (p. 11-17) et « Exit the Self » (p. 19-27) reviennent, sans grande nouveauté, sur l’approche singulière du peintre. Jason Farago, critique d’art au Guardian et contributeur régulier du New York Times, du New Yorker et d’Artforum,souligne comment Simon Hantaï a trouvé son identité entre la peinture « à l’américaine » (selon Clement Greenberg) et une prétendue « délicatesse française ». Simon Hantaï parvient à ce résultat à partir de 1960, en prenant le tournant radical du pli comme méthode. Quant à l’historienne de l’art Anna Lovatt, elle estime qu’il « déconstruit » les notions d’individualisme et d’originalité absolue de la peinture américaine tout en subvertissant la grille moderniste par la matrice maternelle, celle du tablier de sa mère, dont l’apparence avait été rapprochée par l’artiste lui-même de ses Tabulas. Est-ce à dire que Simon Hantaï en appelait à une lecture exclusivement autobiographique de son œuvre ? Certainement pas, mais comme l’écrit encore Anna Lovatt, le peintre des Mariales n’a eu de cesse de mettre en crise le canon moderniste, à la suite de sa rupture avec le groupe surréaliste.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Duwa, « Simon Hantaï », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 20 novembre 2017, consulté le 23 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/23473

Haut de page

Auteur

Jérôme Duwa

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

EN

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals