Navigation – Plan du site
2016

Luce Lebart, Les Silences d’Atget : une anthologie de textes

Jérôme Duwa
Les Silences d’Atget : une anthologie de textes
Luce Lebart, Les Silences d’Atget : une anthologie de textes

Paris : Textuel, 2016, 319p. 21 x 16cm, (L’Ecriture photographique)

Bibliogr.

ISBN : 9782845975453

Haut de page

Texte intégral

1Peut-on être tout à la fois considéré comme un précurseur, un primitif et un classique ? Sans doute, si l’on songe à l’extraordinaire malléabilité des usages de l’œuvre d’Eugène Atget (1857-1927). Son passé de comédien le prédisposait peut-être à endosser tous ces rôles. On s’interroge même sur la possibilité de parler d’une « œuvre » et donc d’un « auteur », puisque lui-même entendait surtout fournir des « documents » aux institutions patrimoniales et aux peintres de Paris. En voisin, rue Campagne-Première, Man Ray le découvre et, à sa suite, sa collaboratrice Berenice Abbott acquiert l’ensemble de son fonds après sa mort ; elle le présente à New York grâce à l’aide du tout jeune Julien Levy, le futur marchand d’art. Après la publication de quelques clichés dans La Révolution surréaliste (1926), cette traversée de l’Atlantique a rendu possible tous les malentendus, ou du moins toutes les interprétations. Eugène Atget n’est plus seulement regardé comme un Douanier Rousseau de la photographie ou un équivalent de François Villon (Pierre Mac Orlan, « Atget photographe de Paris », p. 56-65), ses rues désertes ne respirent pas seulement le crime (Walter Benjamin, « Petite histoire de la photographie », p. 76-78), il devient le véritable père tutélaire de la veine documentaire en photographie, celle illustrée par Walker Evans ou Lee Friedlander. Mais certains de ses clichés les plus inspirés ne sont-ils pas plus que des documents en raison, déclare Clement Greenberg, de « l’empathie » qu’on y décèle, mais aussi de cet « œil abstrait et ordonnateur » (p. 240) ? Sous l’impulsion de John Szarkowski (conservateur au MoMA), une grande partie des débats depuis les années 1970 se concentre alors sur les intentions esthétiques du photographe. Mais cet ensemble de 10 000 photographies n’est-il pas plutôt à envisager sous la catégorie de l’archive d’une époque (Rosalind Krauss, « Existe-t-il une histoire de la photographie », p. 241-247) ?

2Le principe d’organisation de cette anthologie de textes réunissant d’abord les propos des poètes (écrivains et journalistes), puis des photographes et enfin des historiens conduit quelque peu à figer trois registres du discours qui appellent plutôt les croisements. Cependant, le grand mérite de cet ouvrage tient à ce qu’il permet d’appréhender la complexité du champ de projections multiples qui s’est construit autour des silences d’Eugène Atget.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Duwa, «  Luce Lebart, Les Silences d’Atget : une anthologie de textes », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 20 novembre 2017, consulté le 22 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/23475

Haut de page

Auteur

Jérôme Duwa

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

EN

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals