Navigation – Plan du site
2015

Nicolas Floc’h : trois commandes

Clara Lassoudière
Nicolas Floc’h : trois commandes
Nicolas Floc’h : trois commandes

Tours : Eternal Network ; Paris : Fondation de France, 2015, 79p. ill. en noir et en coul. 22 x 13cm

ISBN : 9791095348023. _ 7,00 €

Textes N. Floc’h, Eric Foucault, Anastassia Makridou-Bretonneau, Estelle Zhong-Mengual

Haut de page

Texte intégral

1Nicolas Floc’h a réalisé trois commandes pour le programme artistique Les Nouveaux commanditaires, qui veille à la prise en compte par l’artiste du contexte dans lequel il intervient et des personnes avec lesquelles il travaille. Nicolas Floc’h transforme des problématiques sociales en une occasion d’art. L’idée du Grand Troc au Chili en est un formidable exemple : l’artiste a repris les codes de l’art afin de répondre aux problèmes matériels des habitants de Lo Espejo. Il propose un modèle commercial alternatif du troc, dans lequel l’acquéreur d’une sculpture l’échange contre son équivalent « réel », qui revient alors à son fabricant (un habitant chilien). Nicolas Floc’h détourne ainsi les fins de l’art, habituellement détachées de toute préoccupation matérielle et pragmatique, pour aider les populations d’un bidonville situé au Chili. Les projets de l’artiste ont tous été motivés par cette volonté « d’explorer la valeur productive que revêt une grande partie de ses œuvres en regard de la valeur d’usage » (p. 5).

2Le projet de La Patate chaude à Rennes est aussi un geste politique, puisque les commanditaires ont demandé un cocon pour de jeunes jardiniers en réinsertion professionnelle. Commandée en 2012, la forme de « patate » du bâtiment a été choisie pour son aspect évoquant une grotte et doit servir de lieu convivial d’échanges. Orchestré par l’action des Nouveaux commanditaires qui repose sur une nouvelle conjoncture entre trois acteurs privilégiés (l’artiste, le citoyen commanditaire et le médiateur culturel), l’art de Nicolas Floc’h est un art engagé qui questionne les modes de production, de distribution et de consommation de l’art. Dans son travail, la notion d’œuvre d’art est constamment questionnée car le rôle de l’art déborde du champ symbolique en provoquant une interaction avec le réel. En effet, ce qui importe à l’artiste, ce n’est pas la valeur monnayable mais le sens qu’il donne à son travail, comme ça a été le cas pour le projet Le Grand Troc au Chili. Les commanditaires des projets de Rennes et de Tours, traités dans l’ouvrage, ont également demandé à l’artiste de créer un lieu propice au vivre ensemble et comportent une forte implication sociale. Dans ces projets, la réponse aux difficultés sociales est apportée par l’art. Le foyer Chaumier à Tours a par exemple été pensé comme une protection temporaire et comme une seconde maison pour les adolescents. Nous retrouvons déjà cette problématique du « comment bien vivre ensemble » (p. 62) dans le mouvement anglais des Arts & Crafts, qui poursuivait une approche artisanale aux antipodes de l’ultra-industrialisation, ou encore chez Le Corbusier pour qui l’architecture devait prendre en compte les problématiques économiques et sociales sans que les préoccupations esthétiques ne prennent le dessus sur la création d’un bâtiment.

3L’art de Nicolas Floc’h n’est ni figé ni muséal, et la valeur esthétique n’est pas pour lui une finalité en soi. Cette disparition de la notion d’œuvre d’art est assez proche de la pensée d’Allan Kaprow, comme le rappelle Nicolas Floc’h : « […] je dirais que je me retrouve assez dans tout ce qu’a pu mettre en place Allan Kaprow, surtout son rapport à l’art et à la vie, et comment les deux peuvent se confondre jusqu’à la disparition de la notion d’œuvre » (p. 50). L’importance est donnée au changement, à ce qui est en train de se produire et l’œuvre d’art n’est plus quelque chose de contemplatif. C’est ici que se trouve la richesse de l’art de Nicolas Floc’h, dans cette faculté à faire disparaître la notion d’œuvre d’art.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clara Lassoudière, « Nicolas Floc’h : trois commandes », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 20 novembre 2017, consulté le 14 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/23477

Haut de page

Droits d'auteur

EN

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals