Navigation – Plan du site

AccueilNotes de lectureToutes les notes de lecture en ligne2016 Emmanuel Pernoud, Chambres clos...

2016

Emmanuel Pernoud, Chambres closes : art et claustration à l’âge du roman policier

Juliette Le Gall
Chambres closes : art et claustration à l’âge du roman policier
Emmanuel Pernoud, Chambres closes : art et claustration à l’âge du roman policier

Paris : Hazan, 2016, 187p. ill. en noir et en coul. 21 x 15cm, (Bibliothèque Hazan)

Bibliogr. Index

ISBN : 9782754108591. _ 16,00 €

Haut de page

Texte intégral

1Dans une double perspective littéraire et artistique, Chambres closes : art et claustration à l’âge du roman policier développeune argumentation structurée sur les rapports existants ou implicites entre imagination et espace clos, aux XIXe et XXe siècles. Par la confrontation d’images de différentes natures (presse illustrée, gravures, genre du roman policier, peinture), l’ouvrage interroge le thème de la « chambre vide de toute présence », dont les murs sont synonymes d’« emmurement » et de « convulsions ». Images à l’appui, le texte s’appuie sur la pratique picturale d’Edward Hopper en tant qu’incarnation de cet « intérieur-énigme » hérité du XIXe siècle. L’argumentation du texte, construite sur de nombreux exemples empruntés à l’art moderne, traite de manière originale la question. En établissant explicitement une parenté avec une approche générique du roman policier (bien que le roman populaire et ses éditions illustrées ne soient pas abordés du point de vue générique, alors que la représentation textuelle et visuelle des espaces clos et ouverts y est constante et sert l’imaginaire du XIXe siècle), l’auteur démontre bien dans quelle mesure cette nouvelle approche de l’espace clos, dont les anciennes valeurs sont déconstruites, se révèle comme un défi lancé envers la logique, se manifestant à la fois dans le discours et dans l’image. Le goût du roman à énigmes pour la mise en scène textuelle de la « vacuité du lieu » sert ainsi de véritable trame à l’argumentation, afin de limiter une dichotomie récurrente entre espaces extérieur et intérieur représentés, pour mieux dévoiler les dynamiques mouvementées de décomposition ou de recomposition dans le traitement de l’espace. Élevé au rang d’événement à l’origine de discours et de représentations, l’intérieur-étui au sens benjaminien tend à travers cet ouvrage à reconsidérer à la fois les modalités et les valeurs du lieu clos, en tant qu’espace de vie et objet de représentation artistique, de Georges Seurat à Piet Mondrian.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Juliette Le Gall, «  Emmanuel Pernoud, Chambres closes : art et claustration à l’âge du roman policier », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 20 novembre 2017, consulté le 02 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/23485

Haut de page

Droits d’auteur

EN

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search