Navigation – Plan du site
2016

Peter de Cupere: Scent in Context: Olfactory Art

Mathilde Castel
Peter de Cupere: Scent in Context: Olfactory Art
Peter de Cupere: Scent in Context: Olfactory Art

Duffel : Stockmans, 2016, 472p. ill. en noir et en coul. 30 x 25cm, eng/dut

Biogr.

ISBN : 9789077207338

Textes de Koan Jeff Baysa, P. de Cupere, Willem Elias, Hsuan Hsu, Annelies Nagels, Ashraf Osman, Ruth Renders, Caro Verbeek

Haut de page

Texte intégral

1Le boom de l’industrie de la parfumerie et du marketing sensoriel bride depuis quelques années déjà l’avènement d’un art olfactif européen. Dans une société d’hyperconsommation intégralement saturée, cette brèche opportune invalide chaque initiative visant à la reconnaissance d’un art des odeurs. Si nous devions n’en citer qu’une, l’ouverture du Grand Musée du Parfum à Paris condense tout ce que cette tendance porte en elle de grotesque et de mercantile. Demeurant intègre au milieu de ce charivari sensoriel, l’œuvre de Peter de Cupere interroge le médium olfactif depuis une vingtaine d’années. A l’heure où chacun s’autoproclame « scent artist », Peter de Cupere revendique son ancrage dans l’art visuel et la manière dont les odeurs permettent de contextualiser ses œuvres : « la raison pour laquelle j’adore travailler avec des parfums, c’est que j’adore voir » [« the reason why I love work with fragrances is because I love to see. »] (p. 20). Ingénieuse et diversifiée, l’œuvre de Peter de Cupere décline à profusion les notions de dispositif olfactif et de communication interpersonnelle.

2La parution de l’ouvrage Scent in Context : Olfactory Art est une invitation à la critique raisonnée du phénomène artistico-olfactif qui gangrène actuellement l’Europe. Ce sont 500 pages, certaines pourvues d’encarts odorants (scratch and sniff), qui nous amènent à relativiser le caractère inédit de la culture sensorielle qu’on nous appelle aujourd’hui à découvrir. Ainsi, les concerts olfactifs du pianiste Laurent Assoulen renvoient au piano à odeurs Olfactiano créé par Peter de Cupere dès 1997. Les colonnes à sentir des boutiques Frédéric Malle en 2010 rappellent la Scent Shower qu’il a réalisé en 2002. Les similitudes se déploient à volonté : les Perfume Drawings de 2001 comparés aux dessins olfactifs Wildscreens de Julie C. Fortier en 2014, la performance Smell My Color en 2014 et l’œuvre Indélébile de Philippe di Méo en 2016, le jeu Olfactio de Peter de Cupere en 2012 et l’Olfactory Memory Game de Maki Ueda en 2015. Sans parler de la gémellité avec les œuvres de Sissel Tolaas. La publication Scent in Context : Olfactory Art  remet les pendules à l’heure.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathilde Castel, « Peter de Cupere: Scent in Context: Olfactory Art », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 09 mai 2018, consulté le 21 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/25449

Haut de page

Droits d'auteur

EN

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals