Navigation – Plan du site
2016

Public Servants: Art and Crisis of the Common Good

Phoebe Clarke
Public Servants: Art and Crisis of the Common Good
Public Servants: Art and Crisis of the Common Good

Cambridge : MIT Press ; New York : New Museum of Contemporary Art, 2016, 515p. ill. en noir et en coul. 25 x 18cm, eng

Index

ISBN : 9780262034814

Sous la dir. de Johanna Burton, Shannon Jackson, Dominic Willsdon

Haut de page

Texte intégral

1Quel rôle peut jouer l’art à l’heure de reconfigurations profondes de la sphère publique ? Que recouvre, d’ailleurs, le terme « public » dans un monde néolibéral et financiarisé ? Cet épais volume, plutôt qu’un état des lieux des pratiques artistiques sociales, auquel il est pourtant consacré, est une sorte d’inventaire problématisé de plusieurs réponses possibles à ces questions. En effet, c’est sans doute à la destruction de l’espace public au sens large et à la mainmise de la finance sur l’art que répond, dans une certaine mesure, l’émergence des pratiques sociales contemporaines, aux confluents de l’activisme et de l’humanitaire. A travers six grandes parties, aux titres semi-humoristiques – voire broodthaersiens – faisant écho aux interrelations entre art et pouvoir (« Department of Security », « Department of Labor and Economy » par exemple), les nombreux auteurs, théoriciens, critiques, artistes, collectifs et curateurs examinent à la fois les défis posés par la société contemporaine et les réponses, artistiques et politiques, apportées.

2Cette approche liant théorie et pratique produit un ensemble complet voire tautologique, en ce qu’elle prend en charge à la fois les interrogations fondamentales propres à ce type de pratiques (justice sociale et environnementale), les solutions militantes ou formelles imaginées, et la théorisation a posteriori de celles-ci. Si les articles sont passionnants, liant avec intelligence art et questions sociales, on pourra néanmoins regretter que les contributeurs soient pour la plupart non seulement acquis à la cause mais qu’ils soient aussi acteurs, à différents niveaux, de ces pratiques. Ce qui ne permet pas à une réelle critique de se dégager des textes, au-delà du questionnement dorénavant classique « politisation de l’art ou dépolitisation de la sphère publique ? », dont les lecteurs informés seront familiers depuis les critiques faites à L’Art relationnel de Nicolas Bourriaud. Lorsqu’une analyse moins consensuelle est proposée, comme dans l’enthousiasmant texte de Ben Davis, « A Critique of Social Practice Art: What Does It Mean To Be a Political Artist ? » (p. 423-435), elle donne enfin lieu à un débat entre ces mêmes acteurs (collectif, « Growing Dialogue: What Is The Effectiveness of Socially Engaged Art? », p. 437-463). Ce texte constitue l’une des idées les plus originales de l’ouvrage, avec la retranscription de conversations sur Facebook et de réponses ouvertes, mais qui ne fait pourtant qu’accentuer les problèmes déjà notés, à savoir une certaine autosatisfaction vertueuse, l’absence de socle commun théorique et esthétique, et de remises en question internes.

3Malgré tout, Public Servants constitue une excellente étude de l’art socialement engagé, soulevant des questions ayant trait aux inégalités économiques et raciales, à l’éducation, à l’environnement, à l’incarcération de masse, à l’urbanisme et au monde de l’art lui-même.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Phoebe Clarke, « Public Servants: Art and Crisis of the Common Good », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 09 mai 2018, consulté le 17 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/25453

Haut de page

Droits d'auteur

EN

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals