Navigation – Plan du site

AccueilNotes de lectureToutes les notes de lecture en ligne2016Le Retour des ténèbres : l’imagin...

2016

Le Retour des ténèbres : l’imaginaire gothique depuis Frankenstein = Nightfall: Gothic Imagination Since Frankenstein

Itzhak Goldberg
Le Retour des ténèbres : l’imaginaire gothique depuis Frankenstein = Nightfall: Gothic Imagination Since Frankenstein
Le Retour des ténèbres : l’imaginaire gothique depuis Frankenstein = Nightfall: Gothic Imagination Since Frankenstein

Genève : Musée d’art et d’histoire ; Los Angeles : DoPe Press, 2016, 480p. ill. en noir et en coul. 21 x 14cm, fre/eng

ISBN : 9780991180448

Sous la dir. de Justine Moeckli, Merel van Tilburg

Haut de page

Texte intégral

1A la différence des monstres du passé, « la créature du Dr Frankenstein et le vampire partagent un statut de mort-vivant et sont caractérisés par une apparence proche de celle des êtres humains. Leur monstruosité n’est plus immédiatement visible. […] Ils ne sont pas non plus immatériels comme les fantômes ou les apparitions » (p. 13), écrit Justine Moeckli dans l’introduction de l’ouvrage Le Retour des ténèbres. L’Imaginaire gothique depuis Frankenstein. Ambitieux, le catalogue de l’exposition genevoise remonte au fameux ouvrage de Mary Shelley écrit en 1818 pour montrer non seulement l’engouement pour l’esthétique gothique qui se développa au XIXe siècle – essentiellement dans le domaine architectural –, mais également pour la partie sombre qui n’est jamais absente dans la création artistique.

2Parmi les nombreuses contributions, celle d’Eric Michaud, « Homme nouveau et homme-machine : un chiasme de la modernité » (p. 46-70), analyse le fantasme utopiste et monstrueux à la fois de l’homme-vapeur, cet équivalent technologique du Golem, qu’on retrouve avec les androïdes. A mi-chemin entre le mythe du progrès et la dénonciation de l’aliénation, cette machine humaine incarne toute l’ambiguïté pointée par Eric Michaud. Ailleurs, Merel van Tilburg développe les liens entre la ligne gothique cristalline, l’abstraction et la volonté de conjurer l’angoisse primordiale, selon la théorie de Wilhelm Worringer exprimée dans son livre L’Art gothique (1911). D’autres thèmes sont étudiés : « Vis electrica : L’électricité comme principe créatif » (Sara Petrucci, p. 160-183), « L’esthétique gothique et la tapisserie au XIXe siècle en France et en Angleterre » (Cindy Kang, p. 226-251) ou encore « Danser avec la mort. Le gothique dans l’œuvre de Jean Tinguely et Niki de Saint-Phalle », (Déborah Laks, p. 338-371).

3Aussi bien la quantité importante des illustrations que la variété des sujets traités font de ce catalogue un outil indispensable pour tous ceux qui cherchent à comprendre la crainte et la fascination exercée sur l’homme par ces créatures et l’impact qu’elles conservent, encore de nos jours, sur la culture. N’oublions pas que le titre complet du livre de Shelley fut Frankenstein ou le Prométhée moderne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Itzhak Goldberg, « Le Retour des ténèbres : l’imaginaire gothique depuis Frankenstein = Nightfall: Gothic Imagination Since Frankenstein », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 09 mai 2018, consulté le 24 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/25546

Haut de page

Droits d'auteur

EN

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search