Navigation – Plan du site
2016

Tate Modern: Building a Museum for the 21st Century

Jacques Leenhardt
Tate Modern: Building a Museum for the 21st Century
Tate Modern: Building a Museum for the 21st Century

Londres : Tate Publishing, 2016, 248p. ill. en noir et en coul. 28 x 23cm, eng

Bibliogr. Biogr. Index

ISBN : 9781849764018

Sous la dir. de Chris Dercon, Nicholas Serota. Textes de Colomina Beatriz, Ian Cartlidge, Wouter Davidts, Jacques Herzog, Pierre Meuron, Jasper Morrison, Günther Vogt, Oliver Wainwright

Haut de page

Texte intégral

1L’ouverture du nouveau bâtiment de la Tate Modern, The Swich House, conçu comme l’ancien vaisseau à partir des installations électriques de la South Bank de Londres par les architectes Jacques Herzog et Pierre de Meuron, est l’occasion pour l’institution de mettre en scène, dans un beau livre richement illustré, le projet de ce nouveau fleuron de l’art contemporain britannique. L’ouvrage donne d’abord la parole aux préoccupations architecturales. Dès l’introduction du directeur de la Tate Modern, Nicholas Serota, on sent bien que l’architecture est au centre du projet. Il s’agit pour ses commanditaires de s’inscrire à la pointe d’une histoire rappelée à grands traits par l’auteur, qui mène du musée-temple du XIXe siècle aux architectures modernes et post-modernes. Toutes ces structures de l’architecture muséales avaient pour intention de montrer des œuvres d’art.

2Sous le titre « The Museum After Art », Beatriz Colomina rappelle ici, comme en contrepoint, les remarques que faisait Rosalind Krauss dans son essai The Cultural Logic of the Late Capitalist Museum : « l’expérience de l’espace du musée prend le dessus sur l’expérience des œuvres d’art. En d’autres termes, l’espace entre les œuvres est plus important que l’expérience des œuvres elles-mêmes. » (p. 65). C’était en 1990 ! Aujourd’hui, Nicholas Serota revendique cette mutation comme un progrès visant à ne plus séparer l’expérience du musée de celle de la ville. Il s’agit de faire dominer les principes de l’animation urbaine : promenade, commerce et convivialité. Citons-le : « A part les galeries, la Tate Modern est un espace pour les rassemblements, les performances, les débats, l’échange des idées, l’expérience des obsessions des autres et la découverte de soi » (p. 22). Voilà clairement énoncée la finalité de ces nouveaux bâtiments qui relèguent à leurs marges l’expérience de l’art. Le succès public remporté par cette formule paraît à son directeur un argument convaincant.

3Essentiellement consacré aux espaces, à l’architecture et au mobilier, l’ouvrage ne permet guère une réflexion approfondie sur ces enjeux, qui concernent pourtant le rôle de l’art et par conséquent des musées aujourd’hui. En revanche il montre, en images et en plans, l’ampleur et la variété des espaces disponibles : impressionnants, à l’exemple de la « rue » du Turbine Hall. On aurait aimé que ce livre s’intéresse aussi à la manière dont les œuvres sont disposées dans les salles, selon quels principes muséographiques, car la Tate Modern rompt volontairement avec la chronologie, ce qui n’est pas anodin par rapport au public visiteur. Mais ce n’est pas le propos d’un ouvrage tourné vers l’architecture et essentiellement promotionnel.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Leenhardt, « Tate Modern: Building a Museum for the 21st Century », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 09 mai 2018, consulté le 21 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/25608

Haut de page

Droits d'auteur

EN

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals