Navigation – Plan du site
2016

Mathias Rollot, L’Obsolescence : ouvrir l’impossible

Adrien Abline
L’Obsolescence : ouvrir l’impossible
Mathias Rollot, L’Obsolescence : ouvrir l’impossible

Genève : MétisPresses, 2016, 124p. 21 x 14cm, (Champ contrechamp)

ISBN : 9782940406951. _ 14,00 €

Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage de Mathias Rollot, L’Obsolescence : ouvrir l’impossible propose une lecture originale de la notion d’obsolescence. Généralement considérée de manière péjorative, l’auteur défend l’obsolescence en tant que chance à saisir. L’amorce de cette recherche vient d’une découverte assez étonnante de l’auteur : malgré l’incessante présence du mot obsolescence ou de la combinaison « obsolescence programmée », il n’a jamais été question pour les auteurs contemporains coutumiers de ce terme (Jacques Ellul, Gilbert Simondon, Jean Baudrillard, André Gorz, Serge Latouche...) d’« en préciser les contours » (p. 32). Pour y répondre, l’auteur amorce son argumentation par une déconstruction de la mythologie de l’obsolescence programmée, pour par la suite « proposer un premier fondement solide à la question du sens et de l’enjeu d’une pensée de l’obsolescence » (p. 17).

2Afin de développer les nouvelles « potentialités » de cette notion, l’obsolescence est tout d’abord distinguée des figures de la destruction et mise en discussion avec celles de la conservation et de l’inadaptation. L’obsolescence aurait ainsi deux qualités. D’une part, elle « témoignerait d’une rupture entre des états, entre des entités historiques ou culturelles » (p. 36) et d’autre part, cette conscience d’une nouvelle inadaptation serait créatrice.Architecte de formation, l’auteur nourrit son propos d’une pratique de l’architecture qu’il décrit comme « art obsolescent ». L’architecture est en effet une discipline pensant la durée de ses productions et qui doit s’adapter aux mouvances du territoire. Il n’est ainsi plus question pour l’auteur, au vu de l’accélération moderne de nos sociétés, de proposer des programmes architecturaux, mais d’insister sur du « pérenne adapté et adaptable » (p. 71).

3On notera un rapide chapitre consacré au philosophe allemand Günther Anders et plus particulièrement à son texte L’Obsolescence de l’homme. La conclusion de l’auteur est sèche : la présence du terme obsolescencedans le titre de l’ouvrage provient d’une mauvaise traduction. Les versions « L’Homme à l’état d’antiquité » pour Philippe Ivernel, « Désuétude de l’homme » pour Thierry Simonelli ou « De l’être humain comme pièce d’antiquité » pour Ariel Morabia semblent pour les lecteurs contemporains du philosophe allemand plus justes, mais moins vendeurs pour ses éditeurs...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Adrien Abline, «  Mathias Rollot, L’Obsolescence : ouvrir l’impossible », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 09 mai 2018, consulté le 16 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/25686

Haut de page

Auteur

Adrien Abline

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

EN

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals