Navigation – Plan du site
2016

Gabriele Guercio, L’Art n’évolue pas : l’univers immobile de Gino De Dominicis

Laurence Arzel Nadal
L’Art n’évolue pas : l’univers immobile de Gino De Dominicis
Gabriele Guercio, L’Art n’évolue pas : l’univers immobile de Gino De Dominicis

Paris : Ed. du Regard, 2016, 156p. ill. en noir et en coul. 25 x 18cm

ISBN : 9782841053506. _ 28,00 €

lire aussi

Haut de page

Texte intégral

1L’historien et critique d’art Gabriele Guercio procède ici à un véritable déchiffrement du travail de l’artiste italien Gino De Dominicis, dont l’intensité des œuvres a influencé de nombreux artistes depuis les années 1960. Si sa réflexion prend pour point de départ l’exposition à la Biennale de Venise en 1972 de Deuxième solution d’immortalité : l’univers est immobile, et les réactions et attitudes de refus qu’elle a suscitées, elle ne s’y arrête pas. Elle donne toute sa mesure à une œuvre qui résolument et heuristiquement questionne la création artistique dans sa coïncidence avec le désir d’immortalité. Autant dire que cette correspondance n’est pas à entendre en termes de postérité, de mémoire, pas plus qu’en raison de pouvoirs surhumains, mais bien en lien avec ce qui au-delà de toute causalité temporelle, discursive, scientifique ou transcendantale, fonde l’œuvre d’art visuel comme apparition et présence. La thèse centrale ici soutenue est que l’art n’évolue pas puisqu’il se définit ni d’un avant ni d’un après, mais d’un ex nihilo, d’une immanence. Cette idée déborde et renverse toute une conception de l’art et de son enseignement en histoire.

2La lecture qui est faite des œuvres de Gino De Dominicis construit les principes d’une poétique de l’immortalité, entendue dans sa résonnance paradigmatique et exponentielle aux œuvres d’art. Plus que l’émergence d’un phénomène et de l’œuvre singulière d’un artiste, il s’agit pour Gabriele Guercio de forger les motifs d’une conception de la création artistique qui témoignerait d’un surplus de vie, d’un passage du rien à l’être, non réductible à un contexte ou à une explication. La création et la vie ne sont pas équivalentes et pourtant toutes deux participent de cette incision du réel, de cette discontinuité temporelle, fragments d’éternité qui viennent effracter la zone temporelle du présent. Nous vivons et… mourrons immortels. Deuxième solution d’immortalité : l’univers est immobile, lors de sa présentation en 1972, comprenait une indication : Photo souvenir, évocation de ce temps immobile et éternel de l’image. Ce livre de Gabriele Guercio est tout simplement passionnant !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurence Arzel Nadal, «  Gabriele Guercio, L’Art n’évolue pas : l’univers immobile de Gino De Dominicis », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 09 mai 2018, consulté le 25 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/25690

Haut de page

Auteur

Laurence Arzel Nadal

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

EN

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals