Navigation – Plan du site
2015

Elodie Lesourd : Gracula Religosia

Claire Astier
Elodie Lesourd : Gracula Religosia
Elodie Lesourd : Gracula Religosia

Luxembourg : Casino Luxembourg, 2015, 183p. + dépliant + disque, ill. en noir et en coul. 27 x 21cm, fre/eng

Index

ISBN : 9789995930455. _ 45,00 €

Texte de Diedrich Diedrichsen, Santiago Espinosa, Seldon Hunt, E. Lesourd, Kevin Muhlen

Haut de page

Texte intégral

1La publication de Gracula Religiosa, monographie d’Elodie Lesourd, en octobre 2016 aux Presses du réel, fait suite à l’exposition The Oracular Illusion au Casino Luxembourg en 2015 (commissariat de Kevin Muhlen). Ces deux évènements consacrent dix années de création d’Elodie Lesourd et constituent les premiers éléments rétrospectifs de son œuvre. Elodie Lesourd fait un usage conceptuel de la peinture : également musicienne, elle s’approprie les logiques d’apparition de la musique et ses itérations temporelles qu’elle déplace dans le champ visuel.

2L’ouvrage, sélectionné pour les Luxembourg Design Awards 2017, est fidèle à l’artiste en ce qu’il n’est pas la reproduction de son œuvre mais agit à la manière « hyperrockaliste » qu’elle a elle-même élaborée, en se réappropriant par la peinture des vues d’exposition présentant les œuvres d’autres artistes qui eux-mêmes traitent du rock. Il s’agit pour elle de « congeler la musique » : c’est-à-dire de saisir l’instantané dans la fugacité et, par la conceptualisation, d’en figer l’essence afin de créer des images qui portent la marque de ce qui s’entend.

3Gracula Religiosa, ou « mainate religieux », oiseau réputé pour ses facultés à reproduire les vocalisations humaines, propose une mise en abime totale : tels les dispositifs à l’œuvre chez Elodie Lesourd, le catalogue ne reproduit pas mais ajoute et dépasse le propos de l’exposition. En dialogue avec Kevin Muhlen, l’artiste y élabore son territoire théorique (« Les vampires ont la jeunesse éternelle », p. 59-71). Diedrich Diederichsen, journaliste musical (dans « Abstractions profondes du rock » p. 5-13), Santiago Espinosa, philosophe de la musique (dans « Les images sonores d’Elodie Lesourd », p. 129-136), caractérisent les liens qui unissent art visuel et musique dans la pratique de l’artiste. Seldon Hunt (« En périphérie dans l’attente » p. 166-167) propose un récit de fiction crépusculaire, repris dans le poster qui accompagne l’édition. Petit bonus : un vinyle inséré en troisième de couverture propose une composition musicale d’Elodie Lesourd.

4PS : Ecouter les morceaux dont les titres sont disséminés dans le catalogue ouvre à une relecture des images qui le composent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Astier, « Elodie Lesourd : Gracula Religosia », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 09 mai 2018, consulté le 09 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/25692

Haut de page

Droits d'auteur

EN

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals