Navigation – Plan du site
2013

L’Auteur de cinéma : histoire, généalogie, archéologie

Pauline Mari
L’Auteur de cinéma : histoire, généalogie, archéologie
L’Auteur de cinéma : histoire, généalogie, archéologie

Paris : Association française de recherche sur l’histoire du cinéma, 2013, 24 x 16cm, (Histoire culturelle)

ISBN : 9782370290007. _ 25,00 €

Sous la dir. Christophe Gauthier, Dimitri Vezyroglou, avec la collaboration de Myriam Juan

Haut de page

Texte intégral

1Issu d’un colloque organisé en 2007 par l’Université Paris I et le CNRS, le présent ouvrage s’inscrit dans l’un des tournants historiographiques majeurs du début du XXIesiècle. Dans les années 2000, nombre d’historiens de l’art appellent à reconsidérer la culture populaire, au double motif que celle-ci enrichit considérablement la discipline – autrement prisonnière d’enseignements orthodoxes – et que la culture visuelle possède des objets d’étude nobles, d’intérêt esthétique. C’est à ce projet que s’emploient, ici, les études cinématographiques. En étudiant moins la « figure de l’auteur » au cinéma que sa construction mythologique, il s’agit de questionner les a priori de la recherche. Selon le propos, l’histoire du cinéma reproduit de façon mimétique un phénomène dont elle ne devrait pas être le redoublement mais le commentateur : l’héroïsation du cinéaste comme moyen de légitimer le statut artistique du cinéma, phénomène qui s’est exprimé via la « politique des auteurs », qui émerge au début des années 1950 autour des personnalités des Cahiers du cinéma, comme François Truffaut. Il semble que le discours universitaire ait reconduit cette mythologie du cinéma durablement acquise à la conscience collective, et qui trouve son origine chez les critiques et cinéphiles français. Cette reconduction n’est pas sans conséquences : elle empêche de faire une histoire culturelle du cinéma et maintient le distinguo entre « cinéma-art » et « cinéma-industrie ». L’ouvrage parvient remarquablement à pallier une telle impasse, d’une part en proposant une généalogie de cette histoire, informée de sociologie, et d’autre part en soumettant la « politique des auteurs » à une historiographie très attentive à la « première vague » des années 1910. Structuré en quatre parties, le volume contient bien des thèses qui déconstruisent les conventions de pensée, tel un article d’Hervé-Joubert Laurencin sur André Bazin et sa critique de la politique des auteurs comme « conjoncture du génie individuel et de la culture occidentale » (p. 53). Alain Carou et Thérèse Armengol reviennent sur l’histoire juridique de la notion d’auteur et ses nombreux rétropédalages, entre monopole des producteurs et reconnaissance du statut de coauteur. En brossant dans le détail les querelles entre le théâtre, la littérature et le cinéma, qui instrumentalisent les revendications monétaires ou stylistiques (lire l’étude de cas de Jean A. Gili sur La Duchesse de Langeais de 1942), l’ensemble livre une passionnante réflexion sur la source intellectuelle d’une œuvre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pauline Mari, « L’Auteur de cinéma : histoire, généalogie, archéologie », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 09 mai 2018, consulté le 19 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/25734

Haut de page

Auteur

Pauline Mari

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

EN

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals