Navigation – Plan du site
Articles

"Artist-run spaces"

Christian Besson
p. 26-34
Traduction(s) :
Artist-run spaces
Artist-Run Spaces, des lieux inventés par les artistes pour les artistes
Artist-Run Spaces, des lieux inventés par les artistes pour les artistes

Nice : Villa Arson : La Station : La Strada, 2016, 8p. ill. en coul. 42 x 32cm, (Supplément La Strada, n°261)

Gratuit

Textes d’Eric Mangion, Cédric Teisseire

M/2, Vevey 1987-1991
M/2, Vevey 1987-1991

Zurich : JRP/Ringier ; Vevey : Musée Jenisch, 2017, 95p. ill. en noir et en coul. 17 x 11cm, (Hapax)

Expo.

ISBN : 9783037645017. _ 10,00 €

Ed. de Julie Enckell Julliard

Artist-Run Europe: Practice/Projects/Spaces
Artist-Run Europe: Practice/Projects/Spaces

Dublin : Pallas Projects ; Eindhoven : Onomatopee, 2016, 204p. ill. en coul. 24 x 17cm, eng

Index

ISBN : 9789491677564

Sous la dir. de Mark Cullen, Gavin Murphy

Une Histoire des espaces alternatifs à New York : de SoHo au South Bronx (1969-1985)
Pauline Chevalier, Une Histoire des espaces alternatifs à New York : de SoHo au South Bronx (1969-1985)

Dijon : Les Presses du réel, 2017, 501p. 26 x 18cm, (Œuvres en sociétés)

Bibliogr. Index

ISBN : 978284066868. _ 30,00 €

Haut de page

Texte intégral

1Artist-run space ou encore artist-led space : des artistes se regroupent pour gérer eux-mêmes un lieu d’exposition, une salle de spectacle, une librairie, des archives, ou autre chose. Le terme est à la mode. Il supplante d’autres appellations communes, comme « espace alternatif » ou « espace indépendant », qui n’ont cependant pas exactement la même signification. Déplacement de focale : il s’agit de mettre l’accent sur le fait que l’on parle d’initiatives provenant d’artistes. Les associations d’artistes ne sont pourtant pas nouvelles : les Kunstvereine des pays germaniques, apparus au début du XIXe siècle, en témoignent, mais, signe de désaffection du modèle, on ne trouve sur Wikipedia qu’une petite page en allemand sur ce type d’associations (rien en anglais ni en français).

  • 1 <https://www.axisweb.org>

2Il est loin le temps où les artistes étaient secourus par une institution charitable comme la Artists' General Benevolent Institution (fondée à Londres en 1814). Aujourd’hui, au Royaume-Uni, on pousse les artistes à se regrouper et s’autogérer, comme le propose la plateforme Axis web1, « An Independent Charity », qui donne des liens pour les démarches administratives, propose des espaces vacants et une aide pour le « profilage » de l’artiste – l’administration de la créativité a parfois un parfum pataphysique !

  • 2 Artist-run Spaces Database, initié par Sabrina Issa avec l’équipe de Glassbox à Paris, depuis 2013  (...)
  • 3 Art Spaces Archives Project, fondé en 2003 : <http://www.as-ap.org>
  • 4 Offoff : union d’espaces indépendants suisses : <http://offoff.ch>
  • 5 Les espaces indépendants [actes du symposium international de l’Association internationale des crit (...)
  • 6 Supermarket Art Fair, Stockholm, depuis 2007. <http://www.supermarketartfair.com>
    Sluice Art Fair, L (...)
  • 7 Dorm, Siglo (IE), 1er mai-4 juillet 2010.
  • 8 No soul for Sale. A Festival of Independents. New York : Dia Center for the Arts, 2009 (première ed (...)
  • 9 A Parallel History – The Independent Art Arenas of Skåne 1968-2008, Malmö : Signal - Center for Con (...)
  • 10 Dispatches and Directions. On Artist-Run Organisation in Los Angeles, Los Angeles : ART2102, 2010
  • 11 Alternative Histories: New York Art Spaces, 1960-2010 (24 septembre-24 novembre 2012), Cambridge (M (...)

3Cette « administration » se traduit par le catalogage, la mise en liste des lieux et des initiatives, la coordination et la mise en réseau, l’organisation de rencontres, forums, débats, etc. En France, une database sur les artist-run spaces, a été initiée à partir de Glassbox2, non sans confusion puisqu’on y trouve des centres d’art qui ne sont en rien des lieux gérés par des artistes. De telles recensions des lieux associatifs d’art, tour à tour qualifiés d’alternatifs ou d’indépendants, existaient déjà, tel l’index des organisations artistiques new-yorkaises ayant œuvré depuis 19503, ou celui des espaces indépendants suisses4. Dans des forums, symposiums, conventions ou plateformes en ligne, le sujet est débattu5. Certaines rencontres prennent la forme de foires, comme la Supermarket Art Fair de Stockholm ou la biennale Sluice Art Fair de Londres6. Les institutions elles-mêmes accueillent les artist-run spaces pour des expositions7 (comme la Villa Arson, l’an dernier) ou pour des festivals8. Des anthologies sont publiées avec des contributions de certains acteurs. Citons celles consacrées aux espaces du sud de la Suède9, à la scène de Los Angeles10, le volumineux Alternative Histories11 sur la scène new-yorkaise ou encore le récent Artist-run Europe initié en Irlande, qui se clôt sur un important index.

  • 12 Kopp, Céline. Williams, Alun. « A Brief History of Triangle France », in Artist-run Europe, Op. cit

4Les animateurs de Triangle France12, créé en 1994, notent la nécessité, après vingt ans d’existence de faire le point. Ils se demandent quelle est la différence d’un artist-run space comme Triangle à Marseille avec un centre d’art, quand les deux ont la même forme institutionnelle, partagent le même public et ont recours aux mêmes financeurs territoriaux ou étatiques. Ils veulent que l’on juge leur action sur ce qu’ils ont accompli plutôt que d’évaluer la singularité du modèle institutionnel. L’artist-run space idéal est selon eux « quelque chose où structure et activités forment une parfaite alternative aux iniquités du monde de l’art : il agit en dehors du marché ; il est une alternative aux institutions ; quoique public, il est indépendant des politiques locales ; il échappe à la bureaucratie ; il est en dehors des centres en vue ; il n’est pas un instrument de gentrification ; il aide les artistes locaux en même temps qu’il fait partie d’un réseau plus global ; il est heureux, désirable, le programme en est remarquable et diversifié, et il agit en dehors des formes pyramidales de décision… il vit près de la fontaine de jouvence ».

5AA Bronson, co-fondateur en 1974 de Art Metropole à Toronto, a éprouvé pour le temps où, jusqu’en 1984, il en fut directeur, « l’humiliation du bureaucrate ». L’autogestion ne fait pas disparaître par miracle les tâches administratives. Pour répondre au problème, on oscille entre deux solutions : la première entend régenter une remise en question permanente, la seconde admet le caractère résolument éphémère des initiatives.

  • 13 Joly, Patrice. « Les chemins de l’émergence 3 : les lieux indépendants », 02, n° 66, été 2013

6Au fil du temps, comme le note Patrice Joly, les artist-run spaces sont devenus des « instruments de validation et de légitimation de la carrière artistique13 ». Ils ont eu le souci de s’attacher des personnalités de plus en plus puissantes. Il cite à ce sujet Elena Tzotzi (Signal, Malmö) qui constate que « [l]’axe qui était utilisé comme division pratique entre l’établi et l’émergent, le commercial et l’alternatif, l’institution et l’artist-run a depuis longtemps disparu. » Demeure l’aptitude de jouer avec tous ces modèles – éventuellement pour avancer dans la carrière de façon plus ou moins cynique.

  • 14 Artist-Run Spaces, Zurich : JRP-Ringier ; Dijon : Les Presses du réel, 2012. Sous la dir. de Gabrie (...)
  • 15 Interface 1995-2015, Dijon : Interface, 2016
  • 16 Le Générateur : 10 ans d’art et de performances, Gentilly : Le Générateur, 2016. Sous la dir. d’Élé (...)

7Parmi les initiatives autogérées, certaines se sont particulièrement attachées à la publication et/ou à la constitution d’archives. C’est justement à partir des archives de Zona, à Florence, que Maurizio Nannucci et Gabriele Detterer ont pu éditer leur Artist-Run Spaces14 en retenant une liste restreinte de lieux qui ont fait l’histoire : Art Metropole, Artpool à Budapest, Ecart à Genève, Franklin Furnace à New York, La Mamelle à San Francisco, le Moca de Tom Marioni, Printed Matter, Western Front à Vancouver. A l’occasion de divers anniversaires de leur création, nombre de lieux publient des rétrospectives d’activité, tels Interface15 (Dijon) ou le Générateur16 (Gentilly) pour ne citer que deux exemples français récents.

8Cette histoire est aussi prise en charge par les musées, ou par l’Université : le musée Jenisch à Vevey consacrait cet été une exposition à l’aventure de M/2, un espace actif dans cette ville de 1982 à 1985 ; le livre de Pauline Chevalier, Une Histoire des espaces alternatifs à New York de Soho au South Bronx (1969-1985) fait suite à sa thèse soutenue à Tours en novembre 2011. Ce dernier travail, passionnant, suit la migration dans les années 1970 des espaces autogérés new-yorkais, de quartier en quartier, au gré des opportunités immobilières. Son cadre historique précis n’interdit pas à l’auteure d’ouvrir son étude par l’évocation d’une manifestation de novembre 2015, où plusieurs collectifs d’artistes protestaient contre la tenue d’un congrès de l’immobilier au musée de Brooklyn. Parmi les acteurs des artist-run spaces, certains sont désormais conscients des processus de gentrification auxquels participe le fait d’investir des lieux industriels désaffectés. La naïveté des bonnes intentions ne serait plus de mise.

  • 17 Comprehensive Employment and Training Act, programme d’aide mis en place en 1973.

9Les études historiques montrent aussi le lien des espaces dit « indépendants » avec la manne des subventions, comme le démontre aux Etats-Unis le coup de frein apporté à leur développement par les années Reagan, marquées par la restructuration des programmes fédéraux, la fin du CETA program17 (à travers lequel des artistes pouvaient trouver du travail), et les restrictions budgétaires subies par le National Endowment for the Arts.

  • 18 Becker, Howard Saul. Outsiders: studies in the sociology of deviance, Londres : Free Press of Glenc (...)

10Plusieurs observateurs sont conscients qu’une certaine dialectique est à l’œuvre : celle qui renverse la volonté contestataire et marginale des artist-run spaces en instrument de repérage des valeurs artistiques montantes. Cette dialectique, qui fait de l’outsider un moment du système marchand, a été très bien analysée pour le jazz par le sociologue Howard Becker18.

  • 19 Cf. Marcus, Greil. Lipstick Traces : Une histoire secrète du vingtième siècle, Paris : Gallimard, 2 (...)

11Les critiques sociales et politiques des artist-run spaces démolissent bien des illusions. Elles n’effacent pas cependant la positivité propre de ces entreprises. Des lieux ont pris en charge l’archivage de leur propre histoire. Ils ont reconfiguré la scène artistique en construisant des réseaux parallèles au monde de l’art dominant, celui du marché de l’art et des musées, la porosité des frontières entre les deux mondes n’aboutissant jamais à une absorption totale de l’un par l’autre. En matière de contenu, ils ont fourni des outils pour la diffusion de nouvelles formes d’art (The Kitchen, à partir de 1971, a promu les nouvelles formes d’art liées à la musique, la danse, la vidéo, la performance. Franklin Furnace ou Printed Matter, fondés en 1976, ont contribué à la promotion du livre d’artiste comme forme d’expression alternative). Au fond, il y a le point de vue rétrospectif de l’analyste, sociologue ou autre, qui constate a posteriori un processus, il y a aussi celui qui se place en amont, du côté de l’émergence. Ce point de vue fait fi des critiques et ne compte qu’avec la création et l’énergie investie. De la même façon que l’exploitation commerciale des Sex Pistols par Malcolm McLaren n’efface pas l’incroyable explosion de leur arrivée sur la scène rock19, l’inventivité des artist-run spaces, leur pouvoir d’effraction et leur positivité excèdent leur récupération.

Haut de page

Notes

1 <https://www.axisweb.org>

2 Artist-run Spaces Database, initié par Sabrina Issa avec l’équipe de Glassbox à Paris, depuis 2013 : <http://www.artist-run-spaces.org>

3 Art Spaces Archives Project, fondé en 2003 : <http://www.as-ap.org>

4 Offoff : union d’espaces indépendants suisses : <http://offoff.ch>

5 Les espaces indépendants [actes du symposium international de l’Association internationale des critiques d’art (AICA), Section suisse (Zurich, décembre 1997)], Zurich : JRP-Ringier, 1999. Sous la dir. de Lionel Bovier & Christophe Cherix
Decentre: concerning artist-run culture/à propos de centres d’artistes, Toronto : YYZBooks, 2008. Sous la dir. d’Elaine Chang, Andrea Lalonde, Chris Lloyd, Steve Loft, Jonathan Middleton, Daniel Roy, Haema Sivanesan (Initié par l’OCAD de Toronto)
Institutions by Artist The Convention (12-14 octobre 2012), Vancouver (CA) : Goldcorp Centre for the Arts, Simon Fraser University : <http://arcpost.ca/conference>
Self-Organised, Londres : Open Editions / Bergen, Hordaland Art Centre, 2013. Sous la dir. de Stine Hebert & Anne Szefer Karlsen
Artist-Run. International festival for artist-run spaces, Copenhague, 10-11 mai 2014.

6 Supermarket Art Fair, Stockholm, depuis 2007. <http://www.supermarketartfair.com>
Sluice Art Fair, Londres, depuis 2011. <http://www.sluice.info>

7 Dorm, Siglo (IE), 1er mai-4 juillet 2010.

« Artist-run spaces, des lieux inventés par les artistes pour les artistes », hors série de La Strada, publié à l’occasion de Run-run-run. La villa Arson accueille 22 collectifs et 120 artistes à l’occasion des 20 ans de La Station (2 octobre-30 décembre), Nice, 2016.

8 No soul for Sale. A Festival of Independents. New York : Dia Center for the Arts, 2009 (première edition) ; Londres : Tate Modern, 14-16 mai 2010 (seconde édition).

9 A Parallel History – The Independent Art Arenas of Skåne 1968-2008, Malmö : Signal - Center for Contemporary Art, 2009. Sous la dir. de Carl Lindh, Emma Reichert, Elena Tzotzi

10 Dispatches and Directions. On Artist-Run Organisation in Los Angeles, Los Angeles : ART2102, 2010

11 Alternative Histories: New York Art Spaces, 1960-2010 (24 septembre-24 novembre 2012), Cambridge (MA) : The MIT Press, 2012. Sous la dir. de Lauren Rosati et Mary Anne Staniszewski

12 Kopp, Céline. Williams, Alun. « A Brief History of Triangle France », in Artist-run Europe, Op. cit.

13 Joly, Patrice. « Les chemins de l’émergence 3 : les lieux indépendants », 02, n° 66, été 2013

14 Artist-Run Spaces, Zurich : JRP-Ringier ; Dijon : Les Presses du réel, 2012. Sous la dir. de Gabriele Detterer & Maurizio Nannucci

15 Interface 1995-2015, Dijon : Interface, 2016

16 Le Générateur : 10 ans d’art et de performances, Gentilly : Le Générateur, 2016. Sous la dir. d’Éléonore Marie Espargillère et Anne Dreyfus

17 Comprehensive Employment and Training Act, programme d’aide mis en place en 1973.

18 Becker, Howard Saul. Outsiders: studies in the sociology of deviance, Londres : Free Press of Glencoe, 1963

19 Cf. Marcus, Greil. Lipstick Traces : Une histoire secrète du vingtième siècle, Paris : Gallimard, 2000, (Folio). Publié initialement en anglais en 1989.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Besson, « "Artist-run spaces" », Critique d’art, 49 | 2017, 26-34.

Référence électronique

Christian Besson, « "Artist-run spaces" », Critique d’art [En ligne], 49 | Automne/hiver 2017, mis en ligne le 21 novembre 2018, consulté le 12 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/27117 ; DOI : 10.4000/critiquedart.27117

Haut de page

Auteur

Christian Besson

Christian Besson est professeur honoraire d’histoire de l’art, HEAD (Genève). Ses recherches portent sur l’histoire et la théorie des expositions. Il a récemment publié l’article « Actants et personnages de l’exposition » dans Réalités du commissariat d’exposition (Paris : Beaux-Arts de Paris éditions, 2015) et conçu les expositions Tous les tableaux sont à l’envers (Dijon : Entrepôt 9 ; Lausanne : Circuit, 2016) et Anthropologie de la montre (Nîmes : ESBAN, 2016).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

EN

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals