Navigation – Plan du site
Editorial

Le Présent revisité

Jean-Marc Poinsot
p. 9-11
Traduction(s) :
The Present Revisited

Texte intégral

1Lorsque se prépare un numéro de Critique d’art, nous avons une idée encore assez floue de ce que nous allons retenir de l’actualité éditoriale, malgré nos anticipations et les suggestions formulées par les membres de nos comités. Ce à quoi nos lecteurs pourraient répondre que nous avons nos marottes. Une partie d’entre eux attendraient même que nous continuions à creuser les mêmes sillons. Ceci dit, nous essayons de garder la capacité de découverte ou de stimulation intellectuelle que suscite la présence des ouvrages arrivés en attente d’affectation à une rubrique ou à des rédacteurs.

2Les publications récentes de Pauline Chevalier, Mark Cullen et Gavin Murphy, et le catalogue de la Villa Arson sur les espaces alternatifs gérés par les artistes justifiaient pleinement la synthèse élargie aux ressources en ligne que propose ici Christian Besson. De même, les propos de Sophie Cras sur l’art et ses valeurs autour des livres de Luc Boltanski, Jean-Pierre Cometti, Nathalie Heinich et Gregory Sholette dressent un état des savoirs, mais surtout des débats en cours dans l’attente que nous découvrions dans un futur compte-rendu son ouvrage à paraître aux Presses du réel. C’est à un état des lieux du même ordre que se livre Baptiste Brun à propos des relations entre art et anthropologie depuis que Hal Foster a abordé la question au milieu des années 1990 jusqu’au catalogue consacré aux dioramas par le Palais de Tokyo. Dans ces trois articles, il y a matière à préparer des lectures futures sur des bases solides.

3Un cadavre exquis s’est glissé cette fois-ci dans la rubrique « L’Histoire revisitée ». Nous y avons choisi des appariements d’ouvrages, qui combinés à d’autres sans points similaires, formulent une proposition de discontinuités révélatrices du travail que le temps opère sur les objets et les manières d’en rendre compte. Camille Paulhan surfe entre d’un côté les déboulonnages de statues proposés sur une base érudite du livre dirigé par Serge Guilbaut et John O’Brian, et de l’autre la fraîcheur du catalogue consacré à Pontus Hultén et au Moderna Museet de Stockholm. Ces derniers furent dans les années 1960 des modèles d’inspiration pour ouvrir les musées français endormis à l’art contemporain. Il a aussi semblé judicieux de rapprocher des histoires parallèles écrites par les femmes et les hommes africains-américains dans les années 1970 qu’évoque Elvan Zabunyan quand Laurence Corbel aborde deux histoires qui aboutissent ou passent par le Minimalisme. Sans oublier que la Révolution russe a produit parallèlement l’avant-garde et le réalisme. Plus proche de nous et cette fois sur fond d’une avant-garde sans avant-garde, Olivier Zahm a forgé une approche du contemporain avec ses espoirs et désillusions, telle qu’évoquée par Julie Portier. Pour terminer : 36 Short Stories et le foisonnement du présent encore attaché à son vécu, son contexte bref, son monde et sa diversité. Décennie après décennie, nous voici revenus à aujourd’hui et à ses projections futures.

4Il y a beaucoup d’autres propositions dans ce numéro, mais la dernière, l’essai de Clélia Zernik sur l’art contemporain et les festivals au Japon, est incontournable, totalement inédite. Je vous en laisse la découverte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Marc Poinsot, « Le Présent revisité », Critique d’art, 49 | 2017, 9-11.

Référence électronique

Jean-Marc Poinsot, « Le Présent revisité », Critique d’art [En ligne], 49 | Automne/hiver 2017, mis en ligne le 21 novembre 2018, consulté le 13 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/27136

Haut de page

Auteur

Jean-Marc Poinsot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

EN

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals