Navigation – Plan du site
Portraits

Yve-Alain Bois

Denys Riout
p. 58-60
Traduction(s) :
Yve-Alain Bois
La Peinture comme modèle
Yve-Alain Bois, La Peinture comme modèle

Genève : Mamco ; Dijon : Les Presses du réel, 2017, 448p. ill. en noir et en coul. 24 x 17cm

ISBN : 9782840669500. _ 29,00 €

Ed. et trad. de Ginette Morel

lire aussi

Haut de page

Texte intégral

Yve-Alain Bois, 2010 © d.r., avec l’aimable autorisation d’Yve-Alain Bois

  • 1 Son diplôme (1973) porte sur l’Histoire de deux carrés (El Lissitzky, 1922), et sa thèse de Doctora (...)

1Révolté par l’enseignement universitaire français de l’histoire de l’art, Yve-Alain Bois entre à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales où Roland Barthes dirige son diplôme, puis sa thèse1. Sur son conseil, il y fréquente également le séminaire de Hubert Damisch. Plongé dans ce bouillonnement intellectuel, il rencontre Jacques Derrida, lit Claude Lévi-Strauss ou Walter Benjamin, s’initie à la linguistique, découvre Meyer Shapiro, alors très peu connu en France, et tant d’autres. On l’aura compris, Y.-A. Bois, nourri de sciences humaines, est (presque) un autodidacte en ce qui concerne l’histoire de l’art. Son admiration pour les œuvres de Piet Mondrian et les réalisations des avant-gardes russes lui sert de viatique. Adolescent, le futur historien souhaitait devenir artiste et il pratiqua la peinture. Cette familiarité contribua à forger son approche. Elle repose sur une vision distanciée, teintée de théories, et un regard de près, scrutant la matérialité de l’œuvre et le procès de son instauration.

2En 1976, Y.-A. Bois (né en 1952) fonde avec Jean Clay la revue Macula. Le premier numéro publie une traduction de « L’Unisme en peinture » (Władysław Strzemiński, 1928). Y.-A. Bois la présente et signe aussi un article consacré à « Malevitch, le carré, le degré zéro ». La revue, militante à sa manière, traduit des textes importants et elle diffuse des analyses nouvelles, ou ignorées des lecteurs francophones. Par la suite, Y.-A. Bois rejoindra le comité éditorial de la revue américaine October, elle aussi grande défricheuse. Tout, et notamment sa liberté de ton, laisse penser que son enseignement participe d’un même état d’esprit. Après avoir été chercheur au CNRS (1977-1983), il part aux Etats-Unis intégrer la Johns Hopkins University, puis il rejoint Harvard, en 1991, et enfin l’Institut for Advanced Study de Princeton, en 2005.

  • 2 Par exemple Art Since 1900: Modernism, Antimodernism, Postmodernism (avec Hal Foster, Rosalind Krau (...)
  • 3 La Peinture comme modèle, Genève : Mamco, 2017. Ed. et trad. de Ginette Morel
  • 4 Le premier tome a paru en 2015 : Ellsworth Kelly : Catalogue Raisonné of Paintings, Reliefs, and Sc (...)

3La forme relativement brève de l’essai centré sur une ou quelques œuvres convient à merveille à son style incisif, très direct. Aussi a-t-il publié de nombreux articles dans Critique ou Les Cahiers du Musée National d’Art Moderne. Ses études parues dans des revues étrangères telle October, dans des catalogues d’exposition ou des ouvrages collectifs2 ne sont pas toutes traduites en français, loin de là (nombre d’entre elles ont fait date et certaines ont été réunies en volume3). Ses textes concernent surtout l’art abstrait, les avant-gardes de la première moitié du XXe siècle, Pablo Picasso et Henri Matisse, ou encore Barnett Newman, Robert Ryman, Martin Barré, Ellsworth Kelly aussi, dont il a commencé à publier le catalogue raisonné4. D’autres artistes ont retenu son attention, notamment Richard Serra, Donald Judd ou, plus inattendues peut-être, Lygia Clark, Sophie Calle.

  • 5 Piet Mondrian, La Haye : Haags Gemeentemuseum, 1994 ; puis à la National Gallery de Washington et a (...)
  • 6 Conçue en collaboration avec Rosalind Krauss, cette exposition s’est tenue au Centre Pompidou du 22 (...)

4Y.-A. Bois a également conçu des expositions. Celle consacrée à Piet Mondrian a marqué les amateurs qui eurent la chance de la voir5. Une autre, L’Informe : mode d’emploi6, s’appuyait sur Georges Bataille et manifestait un désir de dépasser l’antagonisme entre forme et contenu. Cette volonté innerve tous les travaux du plus français des historiens et critiques d’art américains.

Haut de page

Notes

1 Son diplôme (1973) porte sur l’Histoire de deux carrés (El Lissitzky, 1922), et sa thèse de Doctorat sur Lissitzky, Malevitch et la question de l’espace (1977).

2 Par exemple Art Since 1900: Modernism, Antimodernism, Postmodernism (avec Hal Foster, Rosalind Krauss et Benjamin H.D. Buchloh), New York : Thames & Hudson, 2004.

3 La Peinture comme modèle, Genève : Mamco, 2017. Ed. et trad. de Ginette Morel

4 Le premier tome a paru en 2015 : Ellsworth Kelly : Catalogue Raisonné of Paintings, Reliefs, and Sculpture, Volume One, 1940-1953, Paris : Cahiers d’Art, 2015.

5 Piet Mondrian, La Haye : Haags Gemeentemuseum, 1994 ; puis à la National Gallery de Washington et au MoMA de New York.

6 Conçue en collaboration avec Rosalind Krauss, cette exposition s’est tenue au Centre Pompidou du 22 mai au 26 août 1996.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Yve-Alain Bois, 2010 © d.r., avec l’aimable autorisation d’Yve-Alain Bois
URL http://journals.openedition.org/critiquedart/docannexe/image/27144/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denys Riout, « Yve-Alain Bois », Critique d’art, 49 | 2017, 58-60.

Référence électronique

Denys Riout, « Yve-Alain Bois », Critique d’art [En ligne], 49 | Automne/hiver 2017, mis en ligne le 21 novembre 2018, consulté le 13 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/27144 ; DOI : 10.4000/critiquedart.27144

Haut de page

Auteur

Denys Riout

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

EN

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals