Navigation – Plan du site
Portraits

Pierre Leguillon

Christian Besson
p. 62-64
Traduction(s) :
Pierre Leguillon

Texte intégral

Pierre Leguillon, La Promesse de l’écran (La Promesse du divan, Adrien Faucheux et Delphine Merabet, 2008), Espace Abraham Joly, Hôpital de psychiatrie de Belle-Idée, Chêne-Bourg, Suisse, 11 novembre 2010 © d.r., avec l’aimable autorisation de l’artiste

  • 1 35 numéros publiés de novembre 1991 à septembre 1995.
  • 2 Hôtel Carlton Palace chambre 763: An Exhibition by Hans Ulrich Obrist, sous la dir. de Johan Holten (...)

1En 1991, Pierre Leguillon encore étudiant lance la revue Sommaire1. L’année suivante, il organise à Paris l’exposition Des Hauts et des bas, dans une chambre de bonne mise à sa disposition. En 1993, il documentera l’exposition Hôtel Carlton Palace chambre 763 d’Hans Ulrich Obrist, puis en coéditera le catalogue2. L’artiste s’est fait éditeur et commissaire.

  • 3 Leguillon, Pierre. « Si on allait au diaporama ? », Paris : Fondation d’entreprise Ricard, 30 octob (...)

2Avec son premier diaporama, en 1993, il endosse la veste du conférencier. Il rapporte de ses visites d’expositions des diapositives moyen format soigneusement cadrées, auxquelles il en ajoute d’autres prises dans des publications. Il se fait iconographe. En 1999, il se dispense de tout commentaire pour laisser définitivement place à la seule manipulation d’images et de sons, en recherchant des dispositifs adaptés à chaque nouvelle situation : accessoires, voix off, place de l’écran, etc. Longtemps, il se définira lui-même comme « diaporamiste3 ».

  • 4 Raymond Hains : j’ai la mémoire qui planche, Paris : Centre Pompidou, 2001. Sous la dir. de Pierre (...)

3Dans le Diaporama, plaque tournante de tout l’œuvre, une image en appelle une autre ou bien est relayée par la bande son. Ce principe associatif, Leguillon l’a trouvé dans une œuvre qui lui est particulièrement chère, celle de Raymond Hains. Ce sera lui qui, en 2001, dirigera la publication4 accompagnant l’exposition rétrospective du Centre Pompidou. Hains aimait les calembours ; Leguillon cultivera l’à-peu-près dans le Musée des erreurs – un projet fleuve inauguré au Wiels, à Bruxelles, en janvier 2015.

  • 5 Entretien avec l’auteur.

4Les mêmes principes d’enchaînements président depuis 2007 à la construction des Promesses de l’écran, des projections d’extraits de films sélectionnés autour d’un thème ou en collaboration avec des invités. Il s’agit, dit Leguillon, de « trouver des modes d’organisation et de lecture (par analogie, montage, séquences) qui interrogent la société d’aujourd’hui5 ».

  • 6 Mole, Aurélien. « Pierre Leguillon : Le factotum du musée imaginaire », en ligne : <http://www.contenant.net/Pierre-Leguillon,233.html>
  • 7 Oracles: Artist’s Calling Cards, Zurich: Patrick Frey ; Genève : HEAD, 2017. Recueil d’études sur 1 (...)
  • 8 Blois, Jeffrey De. « Pierre Leguillon », The Artist’s Museum (16 novembre 2016-26 mars 2017), Munic (...)

5« Sa façon de déjouer les règles, note Aurélien Mole, implique de prendre en charge tout ce qui constitue habituellement le paratexte de l’œuvre (les cartels, les caisses de transport, les cartons d’invitation, la titulature, la grille de programmation6) »… Jusqu’aux cartes de visite d’artistes7. La déconstruction trouve son expression dans l’exposition de 2006, Cneai = Pierre Leguillon, Cherchez l’auteur ; critique de l’individualisme. Chaque œuvre s’organise autour d’une « communauté transitoire ». La « mise en commun des images est un moment non reproductible8. » Il en est ainsi des réactivations – faire tourner la roue de bicyclette, peindre des triangles bleus comme Palermo, reprojeter le diaporama d’Ad Reinhardt – qui sont autant de moments communautaires.

  • 9 Leguillon, Pierre. Dubuffet typographe, Bruxelles : SIC, 2013
  • 10 Pierre Leguillon présente Diane Arbus : rétrospective imprimée 1960-1971, Paris : Kadist Art Founda (...)

6Pierre Leguillon a l’art de fournir de nouvelles perspectives sur des œuvres très connues. Remarquant que les sculptures de Carl Andre ont été détourées par le graphiste dans plusieurs catalogues, il les réunit en tant que Flying Carpets, façon de questionner la reproduction de l’art. Il repère les nombreuses créations typographiques (manuscrites) de Jean Dubuffet et en fait une exposition et un livre9, façon de mettre à distance l’évidence de nos claviers mécanisés. Notant que le principal mode d’existence des photographies de Diane Arbus était leur publication dans des magazines, il les réunit et en fait une exposition itinérante10, façon de relativiser l’habitus culturel de la photographie encadrée, de critiquer la marchandisation de l’art, mais aussi de relancer les questions de genre et de race présentes dans ces photographies.

7Garder un regard critique sur le monde, l’exercer « sur des images déjà-vues, et mêmes usées par les commentaires et les discours, répétées ad libitum », sur Internet ou ailleurs. On ferait bien de noter que le sous-titre de l’exposition de Pierre Leguillon en 2015 au Wiels était « art contemporain et lutte des classes » !

Haut de page

Notes

1 35 numéros publiés de novembre 1991 à septembre 1995.

2 Hôtel Carlton Palace chambre 763: An Exhibition by Hans Ulrich Obrist, sous la dir. de Johan Holten, Pierre Leguillon et Hans Ulrich Obrist, publié à l’occasion de l’exposition Room Service: The Hotel in the Arts and Artists in Hotels (Baden-Baden : Staatliche Kunsthalle, 22 mars-22 juin 2014), Cologne : Walter König, 2014

3 Leguillon, Pierre. « Si on allait au diaporama ? », Paris : Fondation d’entreprise Ricard, 30 octobre 2002. Entretien avec Patricia Falguières et Catherine Francblin retranscrit et publié en ligne sur https://www.fondation-entreprise-ricard.com/Conferences/view/152-pierre-leguillon-si-on-allait-au-diaporama

4 Raymond Hains : j’ai la mémoire qui planche, Paris : Centre Pompidou, 2001. Sous la dir. de Pierre Leguillon

5 Entretien avec l’auteur.

6 Mole, Aurélien. « Pierre Leguillon : Le factotum du musée imaginaire », en ligne : <http://www.contenant.net/Pierre-Leguillon,233.html>

7 Oracles: Artist’s Calling Cards, Zurich: Patrick Frey ; Genève : HEAD, 2017. Recueil d’études sur 123 cartes de visite d’artistes, toutes reproduites à l’identique et insérées manuellement dans l’ouvrage.

8 Blois, Jeffrey De. « Pierre Leguillon », The Artist’s Museum (16 novembre 2016-26 mars 2017), Munich, Londres, New York : Prestel, 2016, p. 130

9 Leguillon, Pierre. Dubuffet typographe, Bruxelles : SIC, 2013

10 Pierre Leguillon présente Diane Arbus : rétrospective imprimée 1960-1971, Paris : Kadist Art Foundation ; Douchy-les-Mines : Centre régional de la photographie, 2008 (livret de l’exposition)

Haut de page

Table des illustrations

Légende Pierre Leguillon, La Promesse de l’écran (La Promesse du divan, Adrien Faucheux et Delphine Merabet, 2008), Espace Abraham Joly, Hôpital de psychiatrie de Belle-Idée, Chêne-Bourg, Suisse, 11 novembre 2010 © d.r., avec l’aimable autorisation de l’artiste
URL http://journals.openedition.org/critiquedart/docannexe/image/27150/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Besson, « Pierre Leguillon », Critique d’art, 49 | 2017, 62-64.

Référence électronique

Christian Besson, « Pierre Leguillon », Critique d’art [En ligne], 49 | Automne/hiver 2017, mis en ligne le 21 novembre 2018, consulté le 12 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/27150 ; DOI : 10.4000/critiquedart.27150

Haut de page

Droits d'auteur

EN

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals