Navigation – Plan du site

AccueilNotes de lectureToutes les notes de lecture en ligne2017 Jonas Mekas, I Had Nowhere to Go

2017

Jonas Mekas, I Had Nowhere to Go

Liliane Terrier
I Had Nowhere to Go
Jonas Mekas, I Had Nowhere to Go

Leipzig : Spector Books, 2017, 469p. ill. 21 x 13cm, eng

ISBN : 9783959051460. _ 22,00 €

Seconde éd.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Mekas, Jonas. I Had Nowhere To Go, New York: Black Thistle Press, 1991

1I Had Nowhere To Go se présente comme un livre de poche à la couverture souple en mode paperback de style universitaire américain ou inspiré de l’Art conceptuel des années 1960. C’est en réalité le journal en textes et en images – diary poétique en prose fragmentée – écrit durant la Seconde Guerre mondiale et l’immédiat après-guerre, entre 1944 et 1955, par l’écrivain et cinéaste Jonas Mekas, alors jeune poète lituanien, en exil forcé en Allemagne puis à New-York. Edité pour la première fois en 19911 puis réédité en français par Patrice Rollet pour les éditions P.O.L en 2004, dans une très belle traduction de Jean-Luc Mengus, il fait l’objet de cette édition en langue anglaise publiée par Spector Books en 2017 – à la suite du très précieux Jonas Mekas: Scrapbook of the Sixties: Writings 1954-2010 paru chez le même éditeur en 2015 – comme pour remonter à la source de l’art de Jonas Mekas. Écrit sous la dictée des impressions sensorielles violentes et propres à l’expérience de vie précaire d’un jeune migrant en mode survie, ce diary peut se lire aussi comme un roman de formation à tonalité proustienne. 434 pages de texte sont associées à des assemblages en pleine page d’images superposées et légendées, qui se substituent discrètement à l’écrit et sont réparties dans le volume, en position recto ou verso. Se révèlent ainsi 36 reproductions en noir et blanc : des photographies de famille, de Jonas Mekas enfant entre autres, de trois croquis et d’un choix de photographies instantanées de la vie quotidienne et de photogrammes. Au fil des pages, cette iconographie se donne à découvrir concrètement comme faisant partie de suites périodiques de documents empilés. 

2En 1944, Jonas Mekas est un jeune intellectuel de 22 ans, un poète ambitieux et indépendant, et issu d’un milieu social paysan. Avec son frère Adolfas, il fuit leur Lituanie natale, prise entre les nazis et l’Armée rouge dans ce que l’historien Timothy Snyder appelle les « "Bloodlands" de l’Europe de l’Est », pour se réfugier à Vienne. Rattrapés par les Nazis, ils restent huit mois dans un camp de travail près de Hambourg, puis errent en Allemagne. La fin de la guerre les envoie en camp de déplacés à Cassel près de Mattenberg, où ils réussissent à poursuivre études, travail d’écriture et cercles conversationnels avec leurs amis Vladas Saltmiras, Algirdas Landsbergis et Leo Létas. Ils refusent leur retour au pays alors sous obédience russe et partent à New York en 1949. Patrice Rollet, dans l’édition française du journal, raconte que : « Jonas Mekas [y] sera ouvrier de blanchisserie, assembleur dans une fabrique de jouets, à trimer jusqu’à ne plus sentir ses doigts. Un jour, avec Adolfas, il achète sa première caméra Bolex pour filmer la communauté lituanienne de Brooklyn, l’amitié entre les gens, le quotidien, les petites choses. L’autre vie a commencé. » Jonas Mekas invente le « ciné-journal » qui se substitue à l’écriture qu’il recycle magnifiquement en voix-off dans ses films. Dans un entretien avec Amy Taubin en octobre 2016, au Film Society of Lincoln Center, il requalifie cette période de sa vie couverte par le livre : « L’Europe en guerre a été mon enfer, mes deux années à Brooklyn ont été mon purgatoire. En 1953, mon arrivée à Wooster Street m’a ouvert les portes du paradis. »

Haut de page

Notes

1 Mekas, Jonas. I Had Nowhere To Go, New York: Black Thistle Press, 1991

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Liliane Terrier, «  Jonas Mekas, I Had Nowhere to Go », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 21 novembre 2018, consulté le 29 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/27266

Haut de page

Droits d'auteur

EN

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search