Navigation – Plan du site

AccueilNotes de lectureToutes les notes de lecture en ligne2017Pierre Tal Coat : l’immobilité ba...

2017

Pierre Tal Coat : l’immobilité battante ; Georges Limbour, Tal Coat : quatre articles critiques ; Jean-Pascal Léger, Tal Coat : pierre et front de bois

Françoise Nicol
Pierre Tal Coat : l’immobilité battante
Pierre Tal Coat : l’immobilité battante

Strasbourg : L’Atelier contemporain, 2017, 110p. ill. 20 x 16cm

Bibliogr.

ISBN : 9791092444568. _ 20,00 €

Entretiens de P. Tal Coat avec Jean-Pascal Léger. Photographies de Michel Dieuzaide

Tal Coat : quatre articles critiques
Georges Limbour, Tal Coat : quatre articles critiques

Paris : Le Bruit du temps, 2017, 59p. ill. en noir et en coul. 18 x 12cm

ISBN : 9782358731157. _ 12,00 €

Préf. de Pierre Brullé

Tal Coat : pierre et front de bois
Jean-Pascal Léger, Tal Coat : pierre et front de bois

Paris : Somogy, 2017, 183p. ill. en noir et en coul. 26 x 34cm

Bibliogr. Biogr.

ISBN : 9782757212301. _ 39,00 €

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cena, Olivier. « Pierre Tal Coat, génie oublié de la peinture moderne », Télérama, 26 juin 2017, [e (...)

1Tal Coat (1905-1985) serait-il « oublié », comme l’écrivait en juin 2017 Olivier Cena1 ? Au contraire. L’année 2017 aura été son année. Du printemps 2017 à celui de 2018, pas moins de huit expositions en France et en Allemagne et de nombreuses rencontres l’ont célébré ou sont sur le point de le faire. Un des temps forts a été la présentation du catalogue raisonné de l’œuvre en version numérique, au Domaine de Kerguéhennec : le catalogue de l’œuvre gravé, signé par Françoise Simecek et Rainer Michael Mason et celui de l'œuvre peinte sous la plume de Xavier Demolon. Jean-Pascal Léger était à la manœuvre en tant que commissaire des expositions du Musée de Coutances, du CAP de Royan qu’il dirige et de la médiathèque d’Uzès. Il a également animé le colloque Tal Coat. Regard sans frontières qui s’est tenu à Cerisy-La-Salle l’été 2017. Mais il est surtout le curateur des deux expositions attendues en novembre : la rétrospective du musée Granet (avec Bruno Ely) et l’exposition André du Bouchet – Pierre Tal Coat, à la Fondation Saint-John Perse, à Aix-en-Provence.

  • 2 Ces entretiens avec Jean-Pascal Léger étaient parus en 2007, aux éditions Clivages, sous le titre L (...)

2Jean-Pascal Léger signe chez Somogy, une monographie intitulée Tal Coat : pierre et front de bois. Cette même année, François Deyrolle a réédité L’Immobilité battante, entretiens du peintre avec Jean-Pascal Léger2. Commençons par ce livre, à la mise en page soignée, qui pourrait représenter le cœur battant de cet ensemble de publications. Il s’ouvre sur quinze photographies de Michel Dieuzaide, révélant un dédale de toiles et de boîtes de carton, au sol de l’atelier de Dormont, à présent disparu. Dix dessins rythment les chapitres : cinq entretiens enregistrés en 1977 pour France Culture à Dormont puis quatre textes brefs, écrits comme « sous la dictée » entre 1982 et 1983, à Saint-Prex. On croirait entendre la voix de l’artiste qui répond patiemment au jeune critique sans jamais professer, contredit souvent et progresse en spirale. Tal Coat veut rester au plus près de l’expérience, celle de l’œil, de la main et de son rapport quotidien avec la « campagne » sur laquelle donne l’atelier. S’agit-il ainsi de mieux récuser la peinture comme cosa mentale ou comme signes ? Aux commentaires sur les étapes de son parcours, il préfère une tentative de dévoilement de sa quête existentielle, à la limite de l’indicible, celle d’un sujet-peintre, « traversé » par le monde et non pas devant le paysage. Il évoque « l’ondulation de la surface » (p. 37), la continuité sans images entre l’espace naturel et pictural et l’espace comme « phénomène surgissant » (p. 47), contre Paul Cézanne. Le propos creuse l’énigme. « L’immobilité battante » (p. 23) est celle du vol de l’épervier décrit par le peintre comme « un vol suspendu, et tombant comme une pierre quand ce battement cesse » (p. 101).

  • 3 Leymarie, Jean. Tal Coat, Genève: Skira, 1992

3La monographie de Jean-Pascal Léger, au même titre que celle de Jean Leymarie3, pourrait constituer la lointaine onde de choc de l’émotion éprouvée à Dormont. Fort d’une longue fréquentation de l’œuvre, son auteur circule en toute liberté entre des périodes et des cycles dont les écarts ne désarçonnent que l’homme pressé, pour en extraire les articulations. Sa méthode est, contre la fétichisation des tableaux, l’attention constante aux traces du processus de création dans l’espace pictural. Jouant du mot « carrière(s) », il déplace l’entreprise de reconnaissance sur le terrain de la confrontation à l’espace naturel, cette fois on songe aux carrières de Bibémus. Les onze chapitres s’organisent en cercles autour du chapitre central, « Passant » (p. 94-99) (après « Failles et passages » p. 84-93 et avant « Marcheur » p. 100-109), en écho à l’huile de 1957 en couverture, Passage, pour célébrer « la continuité » de Tal Coat. Le lecteur, rassuré par la précision de la biographie, des dates, du contexte artistique (André Masson, Georges Duthuit, Henri Maldiney, André du Bouchet et Daniel Dobbels entre autres), acceptera cette libre traversée portée par une écriture à la fois experte et poétique.

  • 4 Limbour, Georges. Spectateur des arts, Paris: Le Bruit du temps, 2013. Préface de Pierre Brullé
  • 5 Les trois premiers écrits évoquent le Château Noir : « Exposition Tal Coat », France-Observateur, 1 (...)
  • 6 Brullé, Pierre. « Des chimères et des dragons informes, Kandinsky sous le regard réfractaire de Geo (...)

4Les quatre articles de Georges Limbour sur Tal Coat, rassemblés dans un petit volume raffiné, illustré de trois reproductions, sont repris aux Écrits sur la peinture, publiés chez le même éditeur4. Le critique a fait la connaissance de Tal Coat en 1946, au Château Noir, où il retrouvait son ami André Masson. On sait l’importance à ses yeux des réseaux amicaux et des visites des œuvres dans leur lieu. Même si les textes sont postérieurs, c’est bien du Château Noir qu’il s’agit, du moins dans les trois premiers écrits5 ; voilà donc, questionnée à nouveau – cette fois sur le mode apparemment anodin de la promenade – la relation du peintre à l’espace. Il fallait éclairer ces écrits : l’historien d’art Pierre Brullé qui avait déjà signé une belle analyse de la position du critique sur Vassily Kandinsky6 confronte avec sagacité les regards de Tal Coat et du poète sur le signe, sur Paul Cézanne et sur la phénoménologie. Moins réticent qu’il n’y paraît d’abord, sans lâcher de l’œil les tableaux, le « spectateur des arts » les questionne méthodiquement aux côtés de son lecteur.

Haut de page

Notes

1 Cena, Olivier. « Pierre Tal Coat, génie oublié de la peinture moderne », Télérama, 26 juin 2017, [en ligne]

2 Ces entretiens avec Jean-Pascal Léger étaient parus en 2007, aux éditions Clivages, sous le titre L’Immobilité battante. Le critique a découvert l’œuvre de Tal Coat à la faveur d’une rétrospective au Grand Palais, en 1976

3 Leymarie, Jean. Tal Coat, Genève: Skira, 1992

4 Limbour, Georges. Spectateur des arts, Paris: Le Bruit du temps, 2013. Préface de Pierre Brullé

5 Les trois premiers écrits évoquent le Château Noir : « Exposition Tal Coat », France-Observateur, 13 mai 1954 (galerie Maeght) ; « Autour de l’atelier de Tal Coat », Derrière le miroir, mars 1956 ; « Peinture de Tal Coat », France-Observateur, 19 avril 1956. Le quatrième article, « Différentes manières de rêver au sol », rapproche Tal Coat de Jean Dubuffet (Les Lettres nouvelles, 13 mai 1959)

6 Brullé, Pierre. « Des chimères et des dragons informes, Kandinsky sous le regard réfractaire de Georges Limbour », Cahiers littéraires internationaux Phoenix, n°11, octobre 2013, p. 128-134

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise Nicol, « Pierre Tal Coat : l’immobilité battante ; Georges Limbour, Tal Coat : quatre articles critiques ; Jean-Pascal Léger, Tal Coat : pierre et front de bois », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 21 novembre 2018, consulté le 22 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/27312

Haut de page

Auteur

Françoise Nicol

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EN

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search