Navigation – Plan du site

AccueilNotes de lectureToutes les notes de lecture en ligne2017 Tony Côme, L’Institut de l’envi...

2017

Tony Côme, L’Institut de l’environnement : une école décloisonnée. Urbanisme, architecture, design, communication

Lilian Froger
L’Institut de l’environnement : une école décloisonnée. Urbanisme, architecture, design, communication
Tony Côme, L’Institut de l’environnement : une école décloisonnée. Urbanisme, architecture, design, communication

Paris : B42, 2017, 208p. ill. 24 x 17cm

Bibliogr. Biogr. Index

ISBN : 9782917855744. _ 24,00 €

Haut de page

Texte intégral

1Alors que la Hochschule für Gestaltung, célèbre école allemande de design, connaît des difficultés, les services du ministère français des Affaires culturelles se déplacent à Ulm en mai 1968, flairant l’opportunité : si l’école ferme – ce qui adviendra en novembre de la même année –, l’Etat français pourra récupérer ses enseignants. Et du même coup, importer en France une pédagogie alternative qui fait la part belle à l’interdisciplinarité, pour amorcer « une puissante régénération pédagogique » (p. 33) de l’enseignement de l’architecture et du design industriel en France. De ce rêve d’un Bauhaus à la française naît en 1969 l’Institut de l’environnement (le terme d’« environnement » n’étant pas ici synonyme d’« écologie » mais à comprendre comme le cadre de vie, qu’il soit naturel ou bâti).

2Tony Côme retrace minutieusement l’histoire de cet établissement pensé sur le principe du décloisonnement, à la fois de l’espace (l’architecte Robert Joly conçoit un bâtiment préfabriqué sur six niveaux, en plan libre) et des disciplines. Appelés « stagiaires », les étudiants de l’école sont répartis en quatre séminaires (Architecture, Urbanisme, Design et Communication), mais ils doivent aussi suivre des cours de sociologie, de psychologie, d’économie et de programmation informatique, car de la complémentarité disciplinaire doivent naître des interactions nouvelles. Cette pluridisciplinarité de l’enseignement trouve son pendant dans le recrutement volontairement ouvert des stagiaires, issus aussi bien d’écoles d’architecture, des beaux-arts, d’arts appliqués, que des filières universitaires en sciences humaines et sociales. L’Institut de l’environnement cultive sa singularité en dehors du maillage institutionnel classique (son ministère de tutelle et les autres écoles) et affirme dans le même temps sa différence vis-à-vis de l’ENSAD (l’Ecole nationale supérieure des Arts Décoratifs), sur le terrain de laquelle est pourtant construit le bâtiment de l’Institut, rue Erasme.

3Ces ambitions ne sont pas vues d’un très bon œil et l’Institut de l’environnement se fait rapidement de nombreux ennemis. Entre ses murs aussi, les tensions politiques sont vives (opposant communistes, anarchistes et situationnistes), et l’absence de cohérence dans les enseignements fait l’objet de nombreuses protestations de la part de stagiaires mécontents. Après seulement vingt mois de fonctionnement, cette singulière expérience pédagogique prend fin en 1971 et l’Institut ferme ses portes. L’ENSAD intègre le bâtiment en 1975, et celui-ci est détruit en 1994. L’Institut de l’environnement n’existe plus, mais il a réuni à diverses occasions des acteurs importants de l’histoire du design : Claude Schnaidt et Manfred Eisenbeis de l’école d’Ulm, Roger Tallon, Jean Prouvé dont les panneaux métalliques ont été utilisés en façade du bâtiment, le philosophe Henri Lefebvre, le théoricien Abraham Moles, les Italiens du groupe Archizoom et les designers Mario Bellini et Ettore Sottsass (invités par Jacques Famery), les membres du collectif Grapus qui y ont étudié, etc. A partir de recherches menées dans les archives et divers entretiens, Tony Côme livre ici une étude vivante et très documentée de cette parenthèse oubliée de l’histoire de l’enseignement du design et de l’architecture en France. Un ouvrage passionnant à plus d’un titre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lilian Froger, «  Tony Côme, L’Institut de l’environnement : une école décloisonnée. Urbanisme, architecture, design, communication », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 21 novembre 2018, consulté le 29 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/27365

Haut de page

Auteur

Lilian Froger

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

EN

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search