Navigation – Plan du site

AccueilNotes de lectureToutes les notes de lecture en ligne2017René Drouin et ses peintres : qua...

2017

René Drouin et ses peintres : quand le catalogue d’exposition devient livre d’art

Baptiste Brun
René Drouin et ses peintres : quand le catalogue d’exposition devient livre d’art
René Drouin et ses peintres : quand le catalogue d’exposition devient livre d’art

Paris : Bibliothèque des Arts décoratifs, 2017, 180p. ill. en coul. 30 x 24cm

Biogr.

Préf. de Chantal Lachkar. Textes de Jean-Marie Cusinberche, Benoît Decron, Nicole Marchand-Zañartu

Haut de page

Texte intégral

1L’historienne et l’historien d’art qui se penchent sur le Paris artistique d’après-guerre ne peuvent ignorer le nom de René Drouin. Architecte-décorateur de métier, il s’associait en 1939 avec Léo Castelli pour ouvrir une galerie d’art. Si l’on sait la postérité du second qui s’exila à New York au début du conflit et devint le marchand promoteur du néo-dadaïsme et du Pop art dans les années 1950 et 1960, le premier reste encore injustement peu connu. Sa trajectoire d’amateur passionné et courageux, un œil dont les amis célébraient la générosité tout en déplorant la mauvaise conduite de ses affaires commerciales, engage un storytelling aux antipodes de celui du galeriste américain. Si le goût excessif de notre époque pour la figure de l’entrepreneur forçant la réussite explique peut-être l’absence d’un travail de fond dédié à René Drouin, le petit ouvrage, accompagnant l’exposition présentée à la bibliothèque des Arts décoratifs et dédiée à son travail d’éditeur, a le mérite de tenter de pallier, avec modestie, ce manque. Les matériaux réunis tracent autant de chemins pour circonscrire le champ des activités, goûts et désirs de René Drouin. L’iconographie abondante rappelle heureusement l’invention que permit Drouin en ses murs, en réunissant notamment les différents catalogues et livres qu’il fit paraître. En outre, la réédition partielle des textes réunis en 2001 par Benoît Decron pour le catalogue épuisé René Drouin : spectateur des arts (musée de l’Abbaye Sainte-Croix des Sables-d’Olonne), augmentée de brefs souvenirs recueillis auprès des proches de René Drouin donnent à voir la face émergée d’un iceberg qui, in fine, devrait stimuler la mise en œuvre d’une recherche exhaustive. Car René Drouin est tout à la fois le découvreur-passeur d’artistes majeurs qui ont marqué l’histoire de l’art occidental de la seconde moitié du XXe siècle (premières expositions d’importance consacrées Jean Fautrier, Jean Dubuffet ou Wols), un contributeur important d’une historiographie des premières avant-gardes artistiques après-guerre (exposition d’aquarelles de Vassily Kandinsky en 1946 accompagnée d’une traduction en français du Spirituel dans l’art, rétrospective Francis Picabia en 1948), et le complice d’une critique féroce du monde de l’art en abritant les premières expositions du Foyer de l’Art brut, dès 1947.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Baptiste Brun, « René Drouin et ses peintres : quand le catalogue d’exposition devient livre d’art », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 21 novembre 2018, consulté le 30 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/27469

Haut de page

Auteur

Baptiste Brun

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EN

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search