Navigation – Plan du site

AccueilNotes de lectureToutes les notes de lecture en ligne2017Mondes flottants : 14e biennale d...

2017

Mondes flottants : 14e biennale de Lyon

Bertrand Dommergue
Mondes flottants : 14e biennale de Lyon
Mondes flottants : 14e biennale de Lyon

Dijon : Les Presses du réel, 2017, 448p. ill. en noir et en coul. 23 x 18cm, fre/eng

ISBN : 9782840669739. _ 25,00 €

Sous la dir. d’Emma Lavigne, Thierry Raspail. Textes d’Adeline Lépine, Nicolas Garait, Marc Chauveau, Lisa Hoffmann, Jonas Delaborde

Haut de page

Texte intégral

1Il faut lire le statement d’Emma Lavigne, à l’image de sa Biennale, il est composé par associations d’espaces et collages de sensations. Le lecteur entre dans la tête de la commissaire et retrace avec elle l’itinéraire mental qui l’a conduite à ces Mondes Flottants, subtil précipité de ses obsessions les plus tenaces – ou comment son esprit divague d’un espace à l’autre jusqu’à ceux qui figurent finalement dans cette 14ème Biennale de Lyon, au gré d’une partition aléatoire de formes suspendues.

2Au seuil du catalogue, l’œuvre choisie pour la couverture à rabat (et pour l’identité visuelle de l’ensemble de la Biennale) indique d’emblée le parti-pris de légèreté onirique et d’expansion sans limites de la commissaire : When Sky was Sea (2002) de l’artiste japonais Shimabuku représente en effet un poisson flottant dans le ciel. Même s’il se soumet à la généalogie canonique du Moderne en citant Baudelaire, Mallarmé ou Le Grand Verre de Duchamp, le statement d’Emma Lavigne leur préfère in fine une autre influence majeure qui donne son nom à la première section de l’exposition : L’Œuvre ouverte (1965) d’Umberto Eco. Comme lui, la Biennale envisage l’art « comme un “champ d’événements” ouvert au hasard d’un devenir accidentel, dont l’enjeu est parfois de révéler l’œuvre d’art comme “un infini contenu dans le fini” » (p. 36). L’origine littéraire de cette définition imprègne aussi les six autres sections de l’exposition. « Archipel de la sensation » est manifestement influencé par la pensée archipélique d’Edouard Glissant ; « Expanded Poetry » avoue sa dette à Dominique Gonzalez-Foester 1887-2058, la rétrospective de l’artiste au Centre Pompidou en 2005, mais aussi à Literatura expandida d’Ana Pato; « Ocean of Sound » cite directement le titre du livre de référence de David Troop, Ocean of sound, ambient music, mondes imaginaires et voix de l’éther ; « Corps électrique » le poème éponyme de Walt Whitman. Quant à « Cosmos intérieur », Emma Lavigne le conçoit comme une superposition de l’Ouvert cher à Rilke et de cette volonté « de créer pour l’art une nouvelle dimension » (p. 47) qu’incarne Ambiente Spatiale (1967) de Lucio Fontana, première œuvre acquise par le MAC Lyon. Enfin, si la dernière section échappe à un paratexte explicitement littéraire, c’est pour mieux prendre des allures de manifeste en affirmant vouloir faire de cette Biennale une « (…) traversée par les énergies, les fulgurances poétiques et les déflagrations esthétiques contemporaines, plaçant au cœur de ses enjeux les attitudes libertaires d’artistes qui ne cessent de repousser les limites de l’œuvre d’art afin de l’ouvrir, encore davantage, sur le monde » (p. 34-35).

3Difficile de traduire une telle ambition dans le catalogue: la mise en page des reproductions d’œuvres s’en tire tout de même avec les honneurs. Certes, son format (17 x 23cm) empêche – sauf exception (Philip Corner, George Brecht et Mieko Shiomi, p. 192-193) – les rencontres entre les œuvres dans l’espace de la page ; mais chaque artiste dispose en moyenne de deux pages différemment composées, ce qui suffit à singulariser son esthétique. Pour autant, les pièces de certains bénéficient jusqu’à huit pages – comme Daniel Steegmann Mangrané (p. 142-149), Lygia Pape (p. 104-111), Berger et Berger (p. 326-333) ou Elisabeth S. Clark (p. 350-357). De même, les textes qui accompagnent les images, aléatoirement placés à droite, à gauche, au-dessus, au-dessous, voire superposés à elles, créent un rythme propre à chaque univers artistique. Certains textes sont très littéraires (Anawana Haloba p. 244, Julien Creuzet, p. 270) ; d’autres rendent hommage à des figures tutélaires, comme celui Marcel Broodthaers à l’un des pères de la modernité : « mallarmé est la source de l’art contemporain… il invente inconsciemment l’espace moderne » (p. 77). Une biennale qui n’innove donc peut-être pas d’un point de vue théorique, mais dont le catalogue témoigne pour la postérité d’une énergie revigorante, car synesthésique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bertrand Dommergue, « Mondes flottants : 14e biennale de Lyon », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 25 mai 2019, consulté le 16 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/29190

Haut de page

Droits d'auteur

EN

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search