Navigation – Plan du site
2017

Ai Weiwei : d’ailleurs c’est toujours les autres

Martina Köppel-Yang
Ai Weiwei : d’ailleurs c’est toujours les autres
Ai Weiwei : d’ailleurs c’est toujours les autres

Lausanne : Musée cantonal des beaux-arts de Lausanne ; Milan : 5 Continents, 2017, 207p. ill. en noir et en coul. 31 x 25cm, fre/eng

Biogr.

ISBN : 978874397617. _ 40,00 €

Textes de Stefan Banz, Bernard Fibicher, Dario Gamboni

lire aussi

Haut de page

Texte intégral

1D’ailleurs c’est toujours les autres est le catalogue de la rétrospective d’Ai Weiwei au Musée cantonal des beaux-arts de Lausanne de septembre 2017 à janvier 2018. L’exposition, organisée par Bernard Fibicher qui suit l’œuvre de Ai depuis de nombreuses années, réunit une quarantaine d’œuvres. Le titre fait allusion à la fameuse épitaphe sur la tombe de Marcel Duchamp: « D’ailleurs, c’est toujours les autres qui meurent ». Et en ce sens l’exposition s’ouvre à des espaces et domaines divers : « […] créateurs et créations du passé et du présent, asiatiques et occidentaux, spécimens des mondes minéral, végétal, et animal, humains […] » (p. 9). Ainsi, les œuvres infiltrent les espaces et les collections du musée adjacent dédié à l’histoire naturelle, l’archéologie et la zoologie. Le catalogue richement illustré est l’une des rares publications sur Ai Weiwei en français, cependant, le lecteur peut trouver une traduction des textes en anglais à la fin de la publication. En complément des contributions de Bernhard Fibicher, Stefan Banz et Dario Gamboni, on trouve une biographie de l’artiste et une brève notice pour chaque œuvre exposée. Le texte de Bernard Fibicher présente Ai Weiwei comme un artiste des Lumières, apportant de la lumière à la Chine, que l’artiste définit comme un pays de ténèbres et d’opacité. Pour ce faire, Bernard Fibicher part de la Critique de la Raison pure de Kant et de sa conceptualisation du phénomène, puis invoque la définition d’une esthétique universelle, le Néo-Confucianisme et l’aspect des droits humains dans l’œuvre d’Ai Weiwei, sans oublier l’influence de Marcel Duchamp. Même si Bernard Fibicher connaît bien l’œuvre, son tour de force ressemble plutôt à une défense en faveur d’Ai Weiwei, souvent critiqué comme étant un activiste, ou un bon dissident au lieu d’être un bon artiste. L’essai bien documenté de Stefan Banz discute l’influence de Marcel Duchamp dans l’œuvre d’Ai Weiwei. Selon lui, l’artiste a réussi à «politiser l’approche systématiquement critique et intrinsèquement artistique» de Duchamp, qui a eu un impact « monumental sur son art ».(p. 79). Enfin, le texte de Dario Gamboni souligne l’aspect iconoclaste de l’œuvre d’Ai Weiwei, retraçant la pratique de l’artiste à partir de la Révolution culturelle mais aussi des traditions orientales et occidentales de la tabula rasa. Il définit avec Pierre Ryckman la tradition orientale, et en particulier chinoise, comme favorisant les aspects moraux et spirituels du patrimoine culturel plutôt que ses dimensions matérielles. L’anti-traditionalisme en occident a été inspiré en particulier par cette facette des cultures orientales, l’iconoclasme est ainsi devenu une partie indispensable de l’avant-gardisme occidental trouvant une continuation dans le travail d’Ai Weiwei. Le catalogue donne un bon aperçu de l’œuvre de cet artiste controversé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martina Köppel-Yang, « Ai Weiwei : d’ailleurs c’est toujours les autres », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 25 mai 2019, consulté le 09 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/29237

Haut de page

Droits d'auteur

EN

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals