Navigation – Plan du site

AccueilNotes de lectureToutes les notes de lecture en ligne2017Alex Cecchetti : atelier de l’art...

2017

Alex Cecchetti : atelier de l’artiste, Cité des Arts, Paris, 25 juillet 2017 = The artist’s studio, Cité des Arts, Paris, 25 July 2017

Ilan Michel
Alex Cecchetti : atelier de l’artiste, Cité des Arts, Paris, 25 juillet 2017 = The artist’s studio, Cité des Arts, Paris, 25 July 2017
Alex Cecchetti : atelier de l’artiste, Cité des Arts, Paris, 25 juillet 2017 = The artist’s studio, Cité des Arts, Paris, 25 July 2017

Marne-la-Vallée : La Ferme du Buisson ; Valence : Captures, 2017, 38p. ill. 22 x 14cm, (Digressions), fre/eng

ISBN : 9782955877838. _ 6,00 €

Textes de Julie Pellegrin, A. Cecchetti

Haut de page

Texte intégral

1Troisième opus de la collection Digressions initiée en 2017 par la Ferme du Buisson avec les éditions Captures, cette publication paraît à l’occasion de l’exposition d’Alex Cecchetti, Tamam Shud. Constitués chacun d’un cahier bilingue, les carnets de la série soignent les détails : couleur des agrafes, embossage de la couverture dont les veines vermiculées évoquent autant le marbrage baroque que les risées aquatiques. La collection emprunte la forme de l’entretien. La parole s’accorde bien avec Alex Cecchetti dont les œuvres existent selon le récit qui en est fait. Après avoir annoncé sa mort en 2014, l’artiste italien a dissous son identité dans une œuvre polyphonique et protéiforme. Le projet trouve son origine dans un fait divers australien datant de 1948 : un inconnu gisant sur la plage avec un fragment de poème d'Omar Khayyam : « Tamam shud » ( [c’est la fin] en persan). Explorer une identité composée des mots des autres et faite d’indices trompeurs constitue les fondements de ce qui est à la fois un roman, une performance et une mise en espace. Précédant l’ouverture de l’exposition, l’échange avec Julie Pellegrin – directrice du centre d’art – décrit les œuvres de l’atelier, esquisse leurs intentions, questionne les sources littéraires et le processus de travail. L’oralité cherche à « échapper à la représentation » (p. 6), objectif de cette expérience dans laquelle le champ visuel est interprété pour devenir autre chose : une danse, une musique, un plat, un songe. Autant de « sorties de sécurité » (p. 7) qui définissent les contours d’une « exposition qui ne veut pas être une exposition » (p. 6). Les mots imprégnés d’italien refluent au cours de la conversation. Si l’artiste est « un écrivain de quelque façon » (p. 7), c’est pour enchâsser les récits et métamorphoser sans cesse l’intrigue jusqu’à faire oublier sa forme initiale, le mouvement baroque s’articulant à la saveur de la digression. Autour de la question de l’interprétation, la parole évite les lieux communs (« le regardeur qui fait le tableau », Marcel Duchamp), problématise la figure d’autorité et les tensions internes de ce travail qui fait avec le temps et l’espace, tout en cherchant à s’en affranchir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ilan Michel, « Alex Cecchetti : atelier de l’artiste, Cité des Arts, Paris, 25 juillet 2017 = The artist’s studio, Cité des Arts, Paris, 25 July 2017 », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 25 mai 2019, consulté le 11 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/29259

Haut de page

Auteur

Ilan Michel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

EN

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search