Navigation – Plan du site

AccueilNotes de lectureToutes les notes de lecture en ligne2017 Luc Ferrari, Musiques dans les ...

2017

Luc Ferrari, Musiques dans les spasmes : écrits (1951-2005)

Anne Zeitz
Musiques dans les spasmes : écrits (1951-2005)
Luc Ferrari, Musiques dans les spasmes : écrits (1951-2005)

Dijon : Les Presses du réel, 2017, 240p. ill. 24 x 18cm, (Arts sonores)

Chronol. Index

ISBN : 978840668527. _ 22,00 €

Ed. de Brunhild Ferrari, Jérôme Hansen. Préf. de Jim O’Rourke

Haut de page

Texte intégral

1Musiques dans les spasmes : écrits (1951-2005) regroupe des poèmes, des partitions, des photographies, des notes, des entretiens, ainsi que des correspondances de Luc Ferrari, né en 1934 à Lyon – si on se fie à l’Autobiographie n°1 (1970) dans l’ouvrage – et décédé en 2005. Mais comme Luc Ferrari a en réalité vu le jour à Paris en 1929, on prend dès lors rapidement conscience que ce sont les incertitudes et les transformations, les ruptures et les déchirements qui intéressent le compositeur dès ses premières pièces datées du début des années 1950. La question autobiographique – avec une réflexion sur ce qui serait de l’ordre du « faux » – traverse l’œuvre musicale, sonore, visuelle et textuelle de Luc Ferrari. Les différents textes, pour la plupart inédits, rendent compte de l’engagement émotionnel du compositeur au sein du Groupe de Recherche Musicale (GRM) de la Radio-télévision française, dont il fut l’un des membres fondateurs, mais aussi de sa prudence face à toute forme d’appartenance. Les lettres adressées à Pierre Schaeffer dans les années 1960, particulièrement significatives, révèlent les sentiments contradictoires que Luc Ferrari éprouva vis-à-vis du GRM, entre dévouement et déception, conviction et doute, au sujet de la notion de musique concrète et face au travail du groupe. « J’ai un tempérament amoureux généralisé et le sens de l’observation » (p. 52) écrit-il le 14 décembre 1962. De fait, ses œuvres des années 1960 et 1970, au croisement du visuel, du sonore et du textuel, révèlent une transcription de phénomènes perceptuels et sensuels, ainsi que d’observations fines de l’environnement institutionnel – non sans humour quand il décrit le processus de sa première édition de partition. Suit alors la réalisation d’œuvres sonores à partir de sons enregistrés ou « sons mémorisés » et d’écritures musicales, de promenades, d’actions théâtrales, de films qu’il qualifie de « cinéma pour l’oreille », d’opéras parlés et d’œuvres textuelles, réalisables ou non. Cette production acharnée se cristallise dans des cycles, plutôt que dans une succession, qui intègrent selon Luc Ferrari des différences à chaque répétition : « "Si je perds l’écriture, il faut que je retrouve la parole." J’ai donc parlé et j’ai perdu la voix » (p. 114). C’est ce dont l’ouvrage rend compte grâce au travail d’édition de Jérôme Hansen et de Brunhild Ferrari.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Zeitz, «  Luc Ferrari, Musiques dans les spasmes : écrits (1951-2005) », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 25 mai 2019, consulté le 02 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/29300

Haut de page

Auteur

Anne Zeitz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EN

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search