Navigation – Plan du site
Portraits

Robert Storr

Jérôme Duwa
p. 88-90
Traduction(s) :
Robert Storr
Robert Storr
Robert Storr

Paris : artpress : IMEC éditeur, 2018, 112p. 18 x 13cm, (Les Grands entretiens d’artpress)

Biogr.

ISBN : 9782906705371. _ 10,00 €

Préf. d’Alfred Pacquement. Textes d’Eleanor Heartney, Jean-Hubert Martin, Catherine Millet, R. Storr

Interviews on Art
Robert Storr, Interviews on Art

Londres : Heni Publishing, 2017, 925p. ill. en noir et en coul. 25 x 16cm, eng

Biogr. Index

ISBN : 9780993010354

Sous la dir. de Francesca Pietropaolo

lire aussi

Haut de page

Texte intégral

Robert Storr © Lyle Ashton Harris, avec l’aimable autorisation de l’auteur

1Même les plus distraits parmi les lecteurs d’Art press connaissent de longue date Robert Storr (né en 1949). Depuis son premier article paru dans le n°77 de janvier 1984 au sujet de Suzanne Rothenberg, une artiste américaine représentative du nouveau courant figuratif des années 1980, on peut lire régulièrement sa chronique « From New York ».

  • 1 Interviews on Art, Londres : Heni Publishing, 2017, p. 29. Sous la dir. de Francesca Pietropaolo
  • 2 Formule de R. Storr dans « No Joy in Mudville: Greenberg’s Modernism Then and Now », Modern Art and (...)

2La marque du pluriel s’impose absolument pour qualifier ses points de vue de spectateur engagé de la scène artistique américaine. Loin d’aspirer à un discours unique, il prétend plutôt à des positions disparates, lesquelles peuvent éventuellement paraître inconciliables aux yeux d’un observateur attaché aux seules apparences de la cohérence esthétique1. Conformément à son penchant de polémiste, on serait tenté d’avancer qu’il est un représentant d’un style critique d’après l’époque du « bluff doctrinal »2 formaliste, si tant est qu’on en soit tout à fait sorti. Concrètement, cela signifie accorder la primauté à l’approche empirique et aux propos des artistes eux-mêmes, d’où l’impressionnante quantité d’entretiens réalisés à partir des années 1980.

  • 3 Ecrit à la demande de Kirk Varnedoe co-commissaire de l’exposition High and Low: Modern Art & Popul (...)
  • 4 Ibid.
  • 5 L’exposition Modern Art Despite Modernism (New York : MoMA, 16 mars-26 juillet 2000) proposait une (...)
  • 6 Disparities and Deformations: Our Grotesque (Santa Fe : Site, 5e Biennale internationale, 18 juille (...)

3Depuis son essai No Joy in Mudville: Greenberg’s Modernism Then and Now3, sa cible est clairement identifiable : « le magicien d’Oz du formalisme »4 et ses divers épigones adeptes d’un discours intellectualiste et monolithique5 aseptisant par exemple le bas, l’obscène ou le grotesque visuel6, grâce aux catégories désormais usées du « carnavalesque » (Mikhaïl Bakhtine) ou de « l’informe » (Georges Bataille).

  • 7 « Schadenfreude », Art press, n°154, janvier 1991, p. 80
  • 8 Pour un résumé de la polémique au sujet du pavillon d’Afrique, voir l’entretien avec Alfred Pacquem (...)

4Initié au monde de l’art grâce à sa tante, la collectionneuse Elisabeth Chapman alias Bobsy, Robert Storr y est engagé à plus d’un titre, puisqu’il cumule les fonctions, dont certaines nécessitent le port de la cravate, comme il l’a déploré avec humour dans une de ses chroniques7 : enseignant, critique d’art pour plusieurs publications américaines (dont Art in America), mais aussi conservateur - sans désinvolture vestimentaire aucune - du prestigieux département des peintures et sculptures du MoMA entre 1990 et 2002, il a également dirigé la très polémique 52e Biennale de Venise (2007)8. Et puis, il l’évoque à l’occasion dans ses écrits, il est aussi peintre, dans une veine minimaliste, émotionnellement acquis à Robert Ryman ou à Piet Mondrian.

  • 9 Voir Interviews on Art, Op.cit., p. 18-19.
  • 10 « Le Principe de Peter », Ibid., p. 26

5En lecteur averti de Blaise Pascal9, Robert Storr estime que le vrai goût de l’art se moque des impératifs artistiques et qu’il convient de toujours distinguer entre une connaissance selon la raison et une connaissance selon le cœur. Ainsi, dans un essai sur Peter Saul, il ne craint pas de s’exposer à une confession compromettante révélant des « fissures » de sa sensibilité et des « incohérences dans ses articles de foi »10.

  • 11 Après l’essai « Esquisse pour un portrait : Louise Bourgeois » paru chez Phaidon (2004), il lui con (...)
  • 12 Storr, Robert. Gerhard Richter Oktober 18, 1977, New York : MoMA ; Henry N. Abrams, 2000
  • 13 Storr, Robert. « A Table of content », in Ilya Kabakov : peintures, 1957-2008, Wiesbaden : Museum W (...)
  • 14 Dislocations (avec Ilya Kabakov, Louise Bourgeois, Sophie Calle, David Hammons, Chris Burden, Bruce (...)

6Vécue sans dramatisation métaphysique, cette lucidité quant à son ubiquité esthétique a certainement compté dans la vigilance spéciale qu’il a accordée aux imprévus de l’histoire de l’art récent. La résurgence de l’œuvre de Louise Bourgeois11 à la faveur de la montée en puissance du féminisme des années 1970, le renouvellement de la peinture d’histoire avec la série Oktober 18, 197712 de Gerhard Richter, ou les installations totales produisant à l’instar de celles d’Ilya Kabakov13 une désorganisation inquiétante de l’espace (Dislocations14) n’ont pas manqué de susciter son attention de critique et de curator. Sa ligne de conduite onduleuse peut en somme se concentrer dans la formule que lui a soufflée un jour Bruce Naumann : « penser avec les sens, sentir avec la raison ».

Haut de page

Notes

1 Interviews on Art, Londres : Heni Publishing, 2017, p. 29. Sous la dir. de Francesca Pietropaolo

2 Formule de R. Storr dans « No Joy in Mudville: Greenberg’s Modernism Then and Now », Modern Art and Popular Culture: Readings in High and Low, New York : MoMA, Harry Abrams, inc.,1990, p. 161.

3 Ecrit à la demande de Kirk Varnedoe co-commissaire de l’exposition High and Low: Modern Art & Popular Culture (New York : MoMA, 7 octobre 1990-5 janvier 1991).

4 Ibid.

5 L’exposition Modern Art Despite Modernism (New York : MoMA, 16 mars-26 juillet 2000) proposait une relecture anti-moderniste de l’art des années 1920 aux années 1940.

6 Disparities and Deformations: Our Grotesque (Santa Fe : Site, 5e Biennale internationale, 18 juillet 2004-9 janvier 2005). Sur le grotesque, voir aussi : « Le Principe de Peter », in Peter Saul, Paris : Somogy ; Les Sables d’Olonne : Musée de l’Abbaye Sainte Croix, 1999, p. 18.

7 « Schadenfreude », Art press, n°154, janvier 1991, p. 80

8 Pour un résumé de la polémique au sujet du pavillon d’Afrique, voir l’entretien avec Alfred Pacquement au titre légèrement désabusé : « Travailler avec les artistes plutôt qu’avec le monde de l’art », Robert Storr, Paris : IMEC éditeur : artpress, 2017, p. 90-95, (Les Grands entretiens d’artpress)

9 Voir Interviews on Art, Op.cit., p. 18-19.

10 « Le Principe de Peter », Ibid., p. 26

11 Après l’essai « Esquisse pour un portrait : Louise Bourgeois » paru chez Phaidon (2004), il lui consacre un ouvrage monumental fondé sur une vingtaine d’entretiens et de multiples rencontres favorisées par sa pratique de la langue française : Géométries intimes, Paris : Hazan, 2016.

12 Storr, Robert. Gerhard Richter Oktober 18, 1977, New York : MoMA ; Henry N. Abrams, 2000

13 Storr, Robert. « A Table of content », in Ilya Kabakov : peintures, 1957-2008, Wiesbaden : Museum Wiesbaden, 2008, vol. I

14 Dislocations (avec Ilya Kabakov, Louise Bourgeois, Sophie Calle, David Hammons, Chris Burden, Bruce Nauman, Adrian Piper), New York : MoMA, 20 octobre 1991-7 janvier 1992

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/critiquedart/docannexe/image/29324/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 964k
Légende Robert Storr © Lyle Ashton Harris, avec l’aimable autorisation de l’auteur
URL http://journals.openedition.org/critiquedart/docannexe/image/29324/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jérôme Duwa, « Robert Storr », Critique d’art, 50 | 2018, 88-90.

Référence électronique

Jérôme Duwa, « Robert Storr », Critique d’art [En ligne], 50 | Printemps/été 2018, mis en ligne le 25 mai 2019, consulté le 04 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/29324 ; DOI : https://doi.org/10.4000/critiquedart.29324

Haut de page

Auteur

Jérôme Duwa

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

EN

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals