Navigation – Plan du site
Traduction

Film and its Double

Erik Bullot
Traduction de Phoebe Clarke
p. 100-108
Le Film et son double : boniment, ventriloquie, performativité
Erik Bullot, Le Film et son double : boniment, ventriloquie, performativité

Genève : Mamco, 2017, 205p. ill. 24 x 17cm

Bibliogr.

ISBN : 9782940159932. _ 22,00 €

lire aussi

Haut de page

Notes de la rédaction

Texte original extrait du Film et son double : boniment, ventriloquie, performativité, pages 11-12, 17-18 et 190-196
© Genève : MAMCO, 2017. Tous droits réservés

« Un médium peut-il persister dans son être à travers ses mutations technologiques ? » Telle est la question que lance Erik Bullot à l’ouverture de son livre Le Film et son double : boniment, ventriloquie, performativité. Ce médium, c’est le cinéma. A l’ère de sa métamorphose par le tournant numérique, que reste-t-il du dispositif tel qu’il a été historiquement défini par la projection d’un film dans une salle obscure pour un public assis pendant la durée d’une séance fixée à un horaire précis ? Le cinéma, encore plus que la photographie, expérimente avec le numérique une mutation qui outrepasse le changement de support d’enregistrement des images en mouvement. Si les avant-gardes puis le cinéma élargi ont engagé une mise à l’épreuve du dispositif cinématographique dans ses composants et son cadre de diffusion, la technologie numérique – outre le bouleversement des pratiques – en a organisé la dissémination dans l’espace social ; des écrans de smartphones et d’ordinateurs aux murs des galeries et musées jusqu’à l’espace partagé offert par Internet.

Cinéaste et théoricien, enseignant le cinéma à l’école nationale supérieure d’art de Bourges, Erik Bullot s’attache depuis longtemps à ces mutations qui engagent à repenser le cinéma dans son dialogue avec d’autres pratiques artistiques. En 2013, en post-scriptum de son ouvrage Sortir du cinéma : histoire virtuelle des relations de l’art et du cinéma (Genève : Mamco, 2013), il soulignait combien le cinéma était « hanté par son dehors, qu’il soit théâtral ou performatif » (p. 254). C’est de performativité qu’il est ici question, dans l’extrait que nous avons choisi. Erik Bullot y illustre la sortie du cinéma par le récit de l’occupation du parc Gezi à Istambul. En juin 2013, le projet du Premier Ministre Recep Tayyip Erdoğan d’implanter un centre commercial a soulevé un mouvement d’opposition et transformé le jardin en une tribune publique : une scène performative. « Définir le cinéma comme performatif attire l’attention sur le rôle des agents ou des médiateurs œuvrant à l’activation d’un film », rappelle E. Bullot au début de son livre (p. 18). Le parc Gezi, où les énoncés visuels, verbaux, sonores, corporels interagissent, en fournit le terrain d’exploration (Cf. Du film performatif, Faucogney-et-la-Mer : It:éditions, 2018. Sous la dir. d’Erik Bullot). Dans ce contexte d’activisme politique, où est le cinéma ?

Nathalie Boulouch

/

Original text taken from Le Film et son double : boniment, ventriloquie, performativité, pages 11-12, 17-18 et 190-196
© Genève : MAMCO, 2017. All rights reserved

Erik Bullot’s book, Le Film et son double: boniment, ventriloquie, performativité begins with this question: “Can a medium remain itself despite its technological mutations?” The medium in question is cinema. In a time of transformations due to digital technology, what is left of the apparatus, such as it has been historically defined as the projection of a film in a theatre, for an audience seated for the duration of a screening scheduled at a precise time? Even more than photography, cinema, faced with digital technology, is undergoing a mutation that goes far beyond the change of medium used to record moving images. Although avant-gardes, followed by expanded cinema, initiated a testing of the cinematographic apparatus, its components and its diffusion frame; digital technology –as well as disrupting practices – organised its dissemination throughout the social space; from smartphone and computer screens to the walls of galleries and museums, as well as the new space offered by the Internet. Erik Bullot, a filmmaker and theoretician, teaches Film at the Ecole nationale supérieure d’art in Bourges. He has been investigating the shifts that encourage a reconsideration of cinema in dialogue with other media for a long time. In 2013, in a post-scriptum to his book Sortir du cinéma: histoire virtuelle des relations de l’art et du cinéma (Genève : Mamco, 2013), he highlighted the extent to which cinema is “haunted by its exterior, be it theatrical or performative” (p. 254). The subject of the following excerpt is this very performativity. Erik Bullot illustrates the exit from cinema through the account of the occupation of Gezi Park in Istanbul.

In June 2013, Prime Minister Recep Tayyip Erdoğan’s project to establish a shopping centre sparked an opposition movement and transformed the park into a public tribune: a performative scene.

The author argues that “To define cinema as performative draws attention to the role of the agents and mediators working towards the activation of a film” (p. 18). The field of investigation is Gezi Park, where visual, verbal, sonic and bodily statements interact (see Du film performatif, Erik Bullot ed., Faucogney-et-la-Mer : It:éditions, 2018). In this context of political activism, where is cinema?

Nathalie Boulouch

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en mai 2019.

Aperçu du texte

Overture

Pierre Sorlin wonders: “If you change all the parts of your car one by one, is the vehicle you drive still the same as the one you bought?” Can a medium remain itself despite its technologi...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Erik Bullot, « Film and its Double », Critique d’art, 50 | 2018, 100-108.

Référence électronique

Erik Bullot, « Film and its Double », Critique d’art [En ligne], 50 | Printemps/été 2018, mis en ligne le 25 mai 2019, consulté le 16 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/29359 ; DOI : 10.4000/critiquedart.29359

Haut de page

Droits d'auteur

EN

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals