Navigation – Plan du site
2018

Photography in India: From Archives to Contemporary Practice

Célina Simon
Photography in India: From Archives to Contemporary Practice
Photography in India: From Archives to Contemporary Practice

Londres : Bloomsbury, 2018, 233p. ill. en noir et en coul. 25 x 16cm, eng

Bibliogr. Index

ISBN : 9781350027886

Sous la dir. d’Aileen Blaney, Chinar Shah. Préf. d’Anna Fox

Haut de page

Texte intégral

1Aileen Blaney, chercheuse au sein du Srishti Institute of Art, Design and Technology de Bangalore et Chinar Shah, artiste photographe, présentent un travail percutant sur l’art photographique et ses pratiques en Inde. Un large panel d’universitaires, de commissaires d’exposition et d’artistes de tous horizons, prend la plume pour aborder ce vaste chantier trop longtemps laissé en friche. Deux desseins majeurs ressortent à la lecture de cet ouvrage. Le premier consiste en une farouche volonté de sortir des clichés et des stéréotypes véhiculés par le photojournalisme à la National Geographic. Des femmes en sari, des hommes enturbannés, des festivals colorés qui caractérisent l’Inde aux yeux du monde, il fallait restaurer une image plus authentique, plus contrastée et plus complexe de cette nation à travers le prisme de la photographie historique et contemporaine. Le second envisage de combler un curieux vide en matière de publications théoriques sur le sujet alors que la proéminence de ce médium dans ce pays est sans conteste. Il convient ainsi d’envisager la publication comme un outil déterminant et novateur à destination des auteurs, des chercheurs, des étudiants et des praticiens d’aujourd’hui et de demain.

2L’ouvrage collectif se scinde en deux parties distinctes, chacune composée de sept chapitres. « Photographic, Time and Memory » (p. 19-118) propose ainsi un retour sur les balbutiements de cet art de l’époque coloniale jusqu’aux années 1970. Les thèmes de la temporalité et des archives sont explorés à travers les photographies itinérantes des contrées indiennes de Linnaeus Tripe dans les années 1850. Zahid R. Chaudhary, dans son essai « Itinerant Photography: Medium and Translation in the Work of Imran Channa » (p. 49-62) en analyse d’ailleurs avec grande finesse, leur pouvoir de référencement par le biais de dessins au graphite effectués à partir de ces photographies par l’artiste contemporain Imran Channa, dans une série réalisée en 2015. La thématique de la mémoire est quant à elle mise en lumière dans l’émouvant essai de Pooja Sagar « Images of Death and Marriages: Syrian Christian Family Albums and Oral Histories in Kerala » (p. 63-74). L’auteure pénètre l’intimité des albums familiaux de familles chrétiennes de la région du Kerala, en recueillant à la manière d’histoires transmises à l’oral, les anecdotes familiales mais aussi la place et l’agencement bien spécifiques des membres de ces portraits familiaux. « Photographies in Contemporary India » (p. 119-228) introduit le lecteur à la grande diversité et à l’évolution permanente des pratiques photographiques actuelles au sein du Sous-Continent, celles-ci vont bien au-delà des simples pratiques documentaires. C’est précisément la démarche de l’historienne Kathleen L. Wyma qui dans son essai « Photography at the Edge of Representation : Rethinking Photographs of Rural India » (p. 121-134) présente les photographies engagées et politiques d’artistes tel Binu Bhaskar. Le médium photographique, au-delà des considérations esthétiques s’emploie à rétablir une vérité sur la situation d’une Inde rurale, en proie à l’exode et au conflit – vérité mise à mal par la profusion d’images d’Internet et l’édulcoration de reportages documentaires réducteurs, montrant les populations rurales « souffrir en silence ». Le passionnant chapitre de Nishant Shah « The Self Is as the Selfie Does : Three Propositions for the Selfie in the Digital Turn » (p.175-191) dépasse les fonctions narcissiques évidentes de la pratique du selfie. Au-delà de sa forme photographique, le selfie demeure un objet digital dont la fonction serait de collecter la mémoire de l’humanité, dans la continuité des premières photographies abritées aujourd’hui dans les centres d’archives et exploitées comme nous l’avons constaté dans la première partie par des artistes contemporains – une Inde historique et une Inde contemporaine qui puisent l’une dans l’autre par l’entremise de la photographie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Célina Simon, « Photography in India: From Archives to Contemporary Practice », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 25 mai 2019, consulté le 11 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/29744

Haut de page

Droits d'auteur

EN

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals