Navigation – Plan du site
2017

Marc Décimo, Des Fous et des hommes avant l’art brut

Baptiste Brun
Des Fous et des hommes avant l’art brut
Marc Décimo, Des Fous et des hommes avant l’art brut

Paris : Les Presses du réel, 2017, 470p. ill. 26 x 18cm, (Les Hétéroclites)

Bibliogr. Index.

ISBN : 9782840669111. 35,00 €

Texte de Marcel Réja

Haut de page

Texte intégral

1Quelle bonne nouvelle que cette réédition de l’ouvrage de Marcel Réja, L’Art chez les fous (1907), augmentée d’un ensemble de textes d’aliénistes contemporains de sa rédaction. Elle accompagne un vaste effort de travail et de publication consacré aux archives et sources relatives à tout ce qui relève aujourd’hui, de près ou de loin, à la contestable et contestée catégorie esthétique d’« art brut ».

2Le travail du critique d’art symboliste Marcel Réja (alias Paul Meunier, aliéniste dans la vie civile à l’hôpital de Villejuif), a informé en profondeur les travaux et réflexions de celles et ceux qui se sont intéressés aux rapports plus qu’épineux qu’entretiennent art et folie, à l’heure de la modernité artistique et littéraire. Des travaux de Hans Prinzhorn à ceux de Jean Dubuffet ou, plus tard, de Michel Thévoz ou John MacGregor, L’Art chez les fous reste une référence incontournable : en son temps, ce livre acta la reconnaissance de la valeur esthétique des productions asilaires, et, chemin faisant, le statut de sujets jusqu’alors dénié à leurs auteurs, fous et autres aliénés.

3L’intérêt de cette nouvelle édition réside sans aucun doute dans la dense introduction qu’en fait Marc Décimo, son maître d’œuvre. Spécialiste des études duchampienne et des fous littéraires, l’historien d’art et pataphysicien livre une revue de presse extrêmement précieuse qui permet de circonscrire le contexte de rédaction du livre de Marcel Réja et de sa réception. On notera que toutes deux sont largement stimulées par la publicité faite avant 1914 autour de collections (celles des aliénistes tels Benjamin Pailhas ou Auguste Marie), puis par les expositions qui essaimèrent après 1918, à Paris principalement. A la croisée des revues spécialisées de psychiatrie et de la réception esthétique de cet « art des fous » nouvellement défriché, Marc Décimo campe une situation ambivalente où ces objets et leur appréhension, largement redevable aux inventions de l’avant-garde, sont versés au procès incriminant l’art moderne à l’heure des théories de la dégénérescence. Gageons que ce travail, enrichi par un effort iconographique salutaire, nourrira l’émergence de nouvelles recherches.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Baptiste Brun, «  Marc Décimo, Des Fous et des hommes avant l’art brut », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 25 mai 2019, consulté le 10 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/29920

Haut de page

Droits d'auteur

EN

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals