Navigation – Plan du site
2017

Bruno Perramant

Ophélie Naessens
Bruno Perramant
Bruno Perramant

Paris : Ed. du Regard, 2017, 329p. ill. en coul. 31 x 25cm, fre/eng

Biogr. Expo.

ISBN : 9782841053704. _ 49,00 €

Textes de Valérie Da Costa, Dominique Baqué, B. Perramant

Haut de page

Texte intégral

1Cette imposante monographie consacrée à Bruno Perramant offre un premier regard rétrospectif sur l’œuvre du peintre (1996-2017). Le livre fait la part belle aux reproductions des tableaux (p. 28-275), encadrées par un entretien avec Valérie Da Costa « Passions, Théorèmes, fiction » (p. 9-27) et un essai de Dominique Baqué « Glissements progressifs de la peinture » (p. 277-291), tous deux traduits en anglais. Valérie Da Costa interroge le peintre sur la figure récurrente du spectre dans son œuvre, ses inspirations littéraires (Sade, Gustave Flaubert, James Joyce ou Georges Bataille), cinématographiques (Jean Renoir, Pier Paolo Pasolini) et picturales (Luc Tuymans, Cy Twombly, etc.). Leur conversation explore également l’importance du vide, de la couleur et des mots dans le travail de l’artiste. À travers la référence à l’exposition fondatrice Zeitgeist (1982), Dominique Baqué tente quant à elle de caractériser la peinture de Bruno Perramant vis-à-vis du renouveau de la peinture figurative et analyse les rapports complexes qu’entretient l’œuvre avec le réel et ses signes, entre jeux de mots et polysémie. Elle expose ainsi sa conception d’une peinture pensée comme un « palimpseste spatio-temporel », glissant progressivement au fil de fluctuations fantasmatiques. La superbe section iconographique découvre les motifs récurrents chez l’artiste : lumière(s) (Dessous dessous maintenant/toujours plus, 1997), masques (La veuve blanche, 2012), mots (Voici le temps, 2017), sexe (Leirbag n°5, 1997), fantômes (Apocalypse n°4,), squelettes (Rigodon, 2006) et baleines (Théorème de la baleine, 2015). Les obsessions formelles du peintre se succèdent dans une suite d’auto-engendrements créant sens et unité via leurs connexions ainsi que leurs concaténations en polyptyques (Joyce’s Pharmacy, 2008-2014). Le livre donne corps à la force évocatrice de la peinture de Bruno Perramant, et, au fil des méandres formels et signifiants – des surgissements, des disparitions ou des réminiscences –, celle-ci dévoile un peu de ses sens secrets.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ophélie Naessens, « Bruno Perramant », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 25 mai 2019, consulté le 05 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/30127

Haut de page

Droits d'auteur

EN

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals