Navigation – Plan du site

AccueilNuméros51PortraitsOkwui Enwezor

Portraits

Okwui Enwezor

Elvan Zabunyan
p. 84-86
Traduction(s) :
Okwui Enwezor
Frank Bowling : Mappa Mundi
Frank Bowling : Mappa Mundi

Munich : Prestel : Haus der Kunst, 2017, 286p. ill. en noir et en coul. 30 x 24cm, eng

Bibliogr. Biogr. Expo.

ISBN : 9783791356587 _ 9783791367699

Sous la dir. d’Okwui Enwezor. Textes de F. Bowling, Rose Jones, Kobena Mercer, Anna Schneider, Zoe Whitley, Lynette Yiadom-Boakye

lire aussi

Haut de page

Texte intégral

Okwui Enwezor © Andreas Gerbert

  • 1 Enwezor, Okwui. « Redrawing the boundaries, toward a new African art discourse », Nka: Journal of C (...)
  • 2 Voir notamment pour les publications, Reading the Contemporary: African Art from Theory to the Mark (...)

1Dans le premier numéro de la revue Nka: Journal of Contemporary African Art qu’il fonde en 1994 à New York, Okwui Enwezor introduit sa préface par ces lignes : « Lorsqu’on visite les musées, les galeries d’art ou tout lieu de valorisation culturelle en Europe et aux Etats-Unis, l’un des aspects problématiques est l’absence totale, dans ces environnements hautement surveillés, d’art réalisé par des artistes contemporains africains. Non seulement les œuvres de ces artistes (dont beaucoup travaillent depuis cinquante ans) sont absentes du musée et de la galerie, mais on leur a accordé tout aussi peu d’attention dans les pratiques académiques de l’histoire de l’art que dans les programmes d’études universitaires, les médias ou tout autre organe de presse1. » Vingt-quatre ans plus tard, on peut affirmer sans hésiter que le paysage décrit par Okwui Enwezor a été transformé en profondeur par une personnalité qui se définit aussi en premier lieu comme poète. Tant dans le domaine éditorial que curatorial, ou muséal (directeur de la Haus der Kunst entre 2011 et 2018) et académique (doyen des affaires académiques et vice-président du San Francisco Art Institute entre 2005 et 2009), Okwui Enwezor interroge de l’intérieur ce que les « courants alternatifs » (du titre donné à une des expositions de la seconde biennale de Johannesburg qu’il a codirigée en 1997) ont comme effet sur un monde de l’art globalisé2. En choisissant de libérer les frontières, il produit des glissements entre les identités. L’Afrique est plurielle, ancestrale et riche. Elle est aussi exploitée, pillée et colonisée. L’art africain prôné est celui d’un continent, d’un déplacement, d’une diaspora. La place de la migration, au cœur de sa propre histoire (Okwui Enwezor est né à Calabar au Nigeria en 1963, il est arrivé à New York à l’âge de dix-huit ans) lui permet de se raccorder aux multiples trajectoires des artistes avec lesquels il travaille. Ce qu’il a établi pour l’art africain, l’a été pour toutes les autres cultures du monde car les barrages ont fini par céder ; comme ont été bouleversés, petit à petit et sans doute à jamais malgré les résistances, tous les paradigmes européocentriques dominants grâce notamment à l’affirmation d’une assise institutionnelle offerte en priorité aux artistes.

2Lors de la sublime exposition de Frank Bowling qu’il a réalisée à l’automne 2017 au Haus der Kunst, voir Okwui Enwezor, dans une élégance exquise, marcher dans les couloirs du musée munichois, créait un sentiment étrange où l’admiration se mêlait à l’angoisse d’imaginer une telle responsabilité. N’était-ce pas le même sol que foulait quatre-vingts ans plus tôt un Adolf Hitler visitant Entartete Kunst dans cette bâtisse colossale érigée pour les besoins de la sordide mégalomanie nazie ? L’émotion face à ce qui a été accompli pour l’art contemporain en quelques décennies s’adosse, en pendant, à la stupeur devant une Europe renouant avec son passé raciste. Le titre donné à la Biennale de Venise qu’Okwui Enwezor a dirigée en 2015 était All the World’s Futures. Le pluriel de ce futur est important.

Haut de page

Notes

1 Enwezor, Okwui. « Redrawing the boundaries, toward a new African art discourse », Nka: Journal of Contemporary African Art, n°1, automne-hiver 1994, p. 3

2 Voir notamment pour les publications, Reading the Contemporary: African Art from Theory to the Marketplace (sous la dir. d’Okwui Enwezor et Olu Oguibe), Cambridge, MA, Londres : MIT Press ; the Institute for International Visual Arts : Londres, 1999 ; Enwezor, Okwui. Okeke-Agulu, Chika. Contemporary African Art Since 1980, Bologne : Damiani, 2009 ; et les catalogues The Short Century: Independence and Liberation Movements in Africa 1945-1994, Munich : Prestel, 2001, Snap Judgments: New Positions in Contemporary African Photography, New York, Göttingen : ICP/Steidl, 2006.

Parmi les manifestations internationales hors des Etats-Unis, voir la deuxième Biennale de Johannesburg (1997), documenta 11, Kassel (2002), la Biennale d’art contemporain international de Séville (2006), la Biennale de Gwangju (2008), la Triennale d’art contemporain de Paris (2012), la Biennale de Venise (2015).

Haut de page

Table des illustrations

Légende Okwui Enwezor © Andreas Gerbert
URL http://journals.openedition.org/critiquedart/docannexe/image/36676/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 219k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elvan Zabunyan, « Okwui Enwezor », Critique d’art, 51 | 2018, 84-86.

Référence électronique

Elvan Zabunyan, « Okwui Enwezor », Critique d’art [En ligne], 51 | Automne/hiver, mis en ligne le 27 novembre 2019, consulté le 22 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/36676 ; DOI : https://doi.org/10.4000/critiquedart.36676

Haut de page

Droits d'auteur

EN

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search