Navigation – Plan du site
Traduction

Introduction

Isabelle Graw
Traduction de Virginie de Bermont-Gettle
p. 94-102
The Love of Painting: Genealogy of a Success Medium
Isabelle Graw, The Love of Painting: Genealogy of a Success Medium

Berlin : Sternberg Press, 2018, 363p. ill. en noir et en coul. 21 x 16cm, eng

Bibliogr.

ISBN : 9783956792519

lire aussi

Haut de page

Notes de la rédaction

Texte original extrait de Aneignung und Ausnahme. Zeitgenossische Künstlerinnen: Ihre asthetischen Verfahren und ihr Status im Kunstsystem [Appropriation et exception. Les artistes-femmes contemporaines : leurs procédés esthétiques et leur statut dans le système de l’art], p. 5-16

© Francfort : Kulturwissenschaftlichen Fakultät der Europa-Universitat Viadrin, 2003 (Thèse de Doctorat, sous la dir. d’Anselm Haverkamp et Beatrice von Bismarck). Tous droits réservés. Avec l’aimable autorisation d’Isabelle Graw

Dans ce texte inédit tiré de l’introduction de sa thèse de Doctorat – dont une version coupée et remaniée a été publiée en allemand en 2003 sous le titre Die bessere Hälfte1 – la critique et historienne de l’art Isabelle Graw explicite les choix méthodologiques qui sous-tendent son étude d’une sélection d’artistes femmes contemporaines. Elle y exprime d’emblée un anti-essentialisme radical : les questions posées, assure-t-elle, ne sont en rien spécifiques aux artistes femmes. C’est que, paradoxalement, ce n’est pas tant la question du genre qui l’intéresse, que celle des processus – directs ou subtils – d’inclusion, d’exclusion et de hiérarchisation produits par les structures économiques du « monde de l’art ». En ce sens, le sort réservé aux femmes n’est ici qu’un prétexte, un laboratoire pour étudier des phénomènes qu’elle explorera sous d’autres angles dans ses publications ultérieures2.

Lorsqu’elle écrit sa thèse, Isabelle Graw est déjà depuis longtemps une critique d’art de premier plan – elle a cofondé la revue Texte zur Kunst en 1990. C’est donc en tant qu’« observatrice participante », écrit-elle, qu’elle mène ses recherches sur un milieu dont elle est partie prenante. Le choix de ce terme réflexif, emprunté à la méthode sociologique n’est pas anodin : ses affinités avec la sociologie française traversent le texte. Si Isabelle Graw a suivi des études en France, à Sciences Po, ce n’est pourtant qu’à son retour à Cologne qu’elle s’est plongée dans la lecture extensive de Pierre Bourdieu. Cet éloignement explique peut-être la liberté avec laquelle elle se saisit de l’héritage du sociologue, revendiquant une marge d’autonomie des individus par rapport aux structures qui les contraignent, qui n’est pas sans rappeler les théories de Michel Crozier et Erhard Friedberg3. Mais, en-dehors de toute école, Graw retrouve Bourdieu lorsqu’elle plaide pour un rapport d’intimité aux œuvres, qui révèlent, en leur cœur et dans leur matérialité, les plus insaisissables des mécanismes de domination économique, et les efforts de l’acte créatif pour y faire face et parfois les déjouer.

Sophie Cras

/

Original text taken from Aneignung und Ausnahme. Zeitgenossische Künstlerinnen: Ihre asthetischen Verfahren und ihr Status im Kunstsystem, p. 5-16

© Francfort : Kulturwissenschaftlichen Fakultät der Europa-Universitat Viadrin, 2003 (Doctoral thesis directed by Anselm Haverkamp and Beatrice von Bismarck). All rights reserved. With the courtesy of Isabelle Graw

In this unpublished text taken from the introduction to her doctoral thesis – which was published in a shortened and reworked version in 2003 under the title Die bessere Hälfte4 - the art critic and historian Isabelle Graw explicates the methodological choices that underpin her study of a selection of contemporary women artists. From the onset, she expresses a radical anti-essentialism: the questions she poses are not specific to women artists. Paradoxically, she is not so much interested in the issue of gender than that of the direct or subtle – processes: inclusion, exclusion and hierarchisation, all produced by the “art world’s” economic structures. In this sense, the fate of women is but a pretext, a laboratory for examining phenomena that she explored from other angles in later publications.5

When she wrote her thesis, Isabelle Graw had been a first-rate art critic for quite some time – she co-founded the journal Texte zur Kunst in 1990. She writes, therefore, that she led her research on this milieu she was part of on the mode of “participant observation”. The use of this reflexive term borrowed from the sociological method is significant: her affinities with French sociology are detectable throughout the essay. Although Isabelle Graw studied in France, at Science Po, she only started extensively reading Pierre Bourdieu on her return to Cologne. This distancing may explain the licence with which she uses Bourdieu’s legacy, asserting that individuals do have a margin of autonomy from the structures which constrain them. This calls to mind the theories of Michel Crozier and Erhard Friedberg6. However, Graw is part of neither school, and she draws on Bourdieu when she defends an intimate relationship with artworks, which reveal, in their heart and their materiality, the most elusive mechanisms of economic domination, as well as the efforts the creative act makes in order to face it and sometimes evade them.

Sophie Cras

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2019.

Aperçu du texte

Les productions artistiques réalisées par des artistes femmes contemporaines seront au cœur de ce travail de recherche, un objet d’étude qui suscite forcément des interrogations. N’est-ce pas juste...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Graw, « Introduction », Critique d’art, 51 | 2018, 94-102.

Référence électronique

Isabelle Graw, « Introduction », Critique d’art [En ligne], 51 | Automne/hiver, mis en ligne le 27 novembre 2019, consulté le 19 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/36728

Haut de page

Droits d'auteur

EN

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals