Navigation – Plan du site
Essai

L’Illusion d’un été sans fin : design californien, soleil et mirages

Lilian Froger
p. 109-128
Traduction(s) :
The Illusion of an Endless Summer: Californian Design, Sun and Mirages

Notes de la rédaction

Lilian Froger est le troisième lauréat de l’aide à l’écriture et à la publication d’un essai critique, créée en 2016 dans le cadre d’une collaboration entre l’Institut français, l’Institut national d’histoire de l’art et la revue Critique d’art. Avant lui, cette bourse a permis à Julie Crenn de se rendre en Afrique du Sud pour raconter l’histoire de ses femmes artistes1 et à Clélia Zernik de faire une enquête sur la forme et le statut des festivals artistiques au Japon2. Chaque voyage se conclut par la publication d’un texte long, en français et en anglais. Après trois ans, il est permis de dire que cette aide, dont le but est de favoriser la mobilité des critiques d’art, la circulation de leurs idées et la traduction de leurs écrits, offre un espace unique de réflexion et de visibilité à des auteurs contemporains. Au moment où est publié cet essai, un appel à candidatures est ouvert pour l’année 2019, qui permettra à un-e critique de bénéficier de ce dispositif, mis en place en partenariat avec le ministère de la Culture – Direction générale de la création artistique. Nous espérons recevoir de nombreuses candidatures !

Les réflexions de Lilian Froger dans l’essai qui suit sont provoquées par la coïncidence de trois expositions tenues respectivement à Helsinki, à San Francisco et à Los Angeles qui, comme l’indique l’auteur, « s’intéressent aux relations entre le design, la Californie et les imaginaires qu’elle évoque ». Car loin d’être uniquement un moyen de fabriquer des objets et d’aménager des lieux de vie ou de travail, le design façonne des comportements, un imaginaire, ultimement une société. Attentif aux dispositifs muséographiques mis en place par chacune des expositions, Lilian Froger fait ressortir les divergences entre les récits qu’elles produisent. Certaines opèrent par subdivisions, misent sur la spécialisation (la Californie du Sud « moderniste » vs. la Californie du Nord geek), d’autres au contraire s’intéressent aux croisements, aux emprunts, à la présence de l’autre (entre la Californie et le Mexique). Erudit, teinté d’humour, le texte que vous vous apprêtez à lire est un texte critique qui appelle à la responsabilité des musées comme lieux de réflexion engagée et au maintien de leur indépendance à l’égard des logiques d’entreprise dont ils exposent l’histoire. Bonne lecture !

Elitza Dulguerova, conseillère scientifique du domaine Histoire de l’art du XVIIIe au XXIe siècle, INHA, et Vincent Gonzalvez, Responsable du pôle arts visuels et architecture, Institut français

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2019.

Aperçu du texte

Vue de l’exposition Found in Translation: Design in California and Mexico, 1915-1985, Los Angeles County Museum of Art, 17 septembre 2017-1er avril 2018, photo : Museu...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lilian Froger, « L’Illusion d’un été sans fin : design californien, soleil et mirages », Critique d’art, 51 | 2018, 109-128.

Référence électronique

Lilian Froger, « L’Illusion d’un été sans fin : design californien, soleil et mirages », Critique d’art [En ligne], 51 | Automne/hiver, mis en ligne le 27 novembre 2019, consulté le 18 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/36753

Haut de page

Auteur

Lilian Froger

Lilian Froger est docteur en Histoire de l’art contemporain. Ses recherches portent sur la photographie japonaise des années 1950 à nos jours et interrogent les relations et points de contact entre photographie, édition et exposition. En parallèle de ses recherches universitaires, il est l’auteur de textes critiques parus dans esse arts + opinions, 2.0.1, Critique d’art, IMA et Marges, qui s’intéressent au rôle de la fiction dans le champ de l’art contemporain et du design, ainsi qu’à l’implication nécessaire du spectateur, du lecteur ou de l’usager dans l’activation des objets et dans la compréhension des images. Il développe actuellement un cycle de conférences à l’EESAB (site de Brest) sur le pouvoir oppositionnel du design.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

EN

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals